Leonild Braintree



 

Partagez | .
 

 Leonild Braintree

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


♣ Invité ♣



MessageSujet: Leonild Braintree   Jeu 15 Nov - 3:09

PREDEF


Leonild Braintree
"Feat. Avatar prédéfini"



▬ ÂGE : 11 ans
▬ DATE DE NAISSANCE : 15 mai 1930
▬ CATÉGORIE : Rafined Class.
▬ RANG : 1
▬ DATE D’ARRIVÉE A CLOVERFIELD : août 1940
▬ PÉCHÉ MORTEL : orgueil
▬ TOTEM : chèvre



I will do you harm.
"Inutile pour moi de parler..."

Tout ce qui est avait à être. Tout ce qui advient doit être su. Tout ce qui adviendra est à prévoir. Les déviances sont à exclure. Les choses doivent être. Et elle...

Leonild Braintree n'est pas comme les autres. Elle le sait. Elle s'en moque. Dans son monde, ils ne comptent pas, ou s'ils comptent, ce n'est que pour la mettre en valeur. Elle-même se définit négativement, par rapport à eux. Ils sont bruyants, elle ne l'est pas. Ils sont avides, elle ne l'est pas. Ils ont des intérêts stupides, elle n'en a pas. Ils s'attachent à n'importe quoi, elle ne s'attache à rien. Beaucoup sont stupides, elle ne l'est pas. Ils n'auront pas de vie intéressante, n'ayant pas de passion, n'ayant pas de culture, pas d'intérêt particulier. Elle a un centre d'intérêt, la sémiotique*. Ils se laissent submerger par leurs affects, elle est indifférente. Pris dans la spirale des événements, ils se laissent emporter sans comprendre ou s'intéressent trop à leurs petites personnes pour comprendre. Elle analyse, elle comprend, elle anticipe. Et elle frappe. Peu, mais précisément. Elle sait - ou du moins le pense, mais rien pour l'instant n'est venu la contredire - ce qu'elle fait, elle sait où elle va.

Elle passe, elle traverse l'existence sans affects et sans heurts, comme si rien ne lui importait. Elle passe dans la vie comme elle passe dans les couloirs, silencieuse petite ombre au regard vide qu'on oublie de dévisager. Elle semble appartenir au décor, l'environnement semblait s'être accommodé à sa présence sans broncher et l'intégrer à la structure préexistante de l'orphelinat. Elle n'aurait pas pu mieux s'en porter : son besoin de régularité et de rationnalité n'aurait pu se faire à une absence de routine minimale. On croit qu'elle oublie de regarder... peut-être même l'espère-t-on : après tout, c'est la Comtesse. Mais la Comtesse regarde toujours sans en avoir l'air. Elle repère. Elle analyse. Elle émet des hypothèses, griffone sur un bout de papier, réfléchit, tire des conclusions. Quand on lui rapporte des comportements, elle fait de même, puis agit en fonction des conclusions tirées. Les coups de sang ? Elle ne connaît pas ça.

À vrai dire, Leonild ne connaît pas grand chose en matière de relations sociales. Elle tolère la grande majorité des autres, tout au plus, et même certains de ses plus proches parents lui sembleront appartenir à la masse indistincte du commun des mortels. Certes, il y a des exceptions. Lucifel, par exemple, avec qui elle a noué un... semblant d'amitié, disons. C'est l'une des rares personnes auxquelles elle a accordé un petit peu de confiance... il y en a quelques autres, pas forcément à Cloverfield. Et la plupart l'ignorent. Il y a également d'autres exceptions, celles qui sont forcées, mais Leonild n'aime pas s'attarder dessus et fait en général comme si elles n'existaient pas. En fait d'interactions sociales, c'est bien simple : Leonild n'interagit quasiment pas. On lui parle, elle écoute avec indifférence. On lui demande une réponse, elle émet quelques syllabes d'un ton monocorde. Pas ou peu de gestes, et le plus souvent fonctionnels. Pas de gestes expressifs, ou si rares qu'ils doivent être interprétés comme la marque d'une émotion intense. Pas d'humour, non plus : elle semble prendre les choses au premier degré dans la plupart des situations, sourit à peine aux grandes occasions. On ne l'a jamais entendue rire.

N'éprouve-t-elle donc aucune émotion ? C'est une opinion répandue, mais erronée. N'allons pas jusqu'à dire que son espèce de carapace cache un coeur sensible prompt aux envolées lyriques, ce serait absurde. Non, Leonild est rationnelle et plutôt froide de nature, mais elle n'est pas insensible. Elle s'exprime juste fort peu.

Leonild a une ambition, la connaissance. Une hantise, l'échec. Une crainte, celle d'être confrontée à d'autres plus intelligents qu'elle et avec qui elle soit en désaccord. Elle n'aime pas qu'on ne soit pas de son avis, elle aime encore moins qu'on lui démontre son tort. Dans la catégorie des choses qu'elle n'aime pas, citons le désordre et l'anarchie. À ses yeux, les choses doivent aller dans un certain sens, et la déviance est fortement déconseillée. D'où un rare plaisir éprouvé à l'élection d'Amity et surtout de Lucifel : adieu l'anarchie, bonjour un ordre dont elle serait proche ! Et bien évidemment, elle fait tout ce qui est en son pouvoir pour maintenir l'ordre...


*Le terme est attesté vers 1915. Je me permets de l'utiliser, quand bien même il ne doit pas être répandu à l'époque du forum, parce qu'il est plus exact qu'une périphrase. En gros, Leonild, justement parce qu'elle communique fort peu, est passionnée par ce qui fait sens et comment ça fait sens. Comme pour pallier ses propres difficultés.



I will break my arm.
"Quest-ce que demain ? Aujourd'hui et hier."

  • Que pensez-vous de la Royauté ? Sa présence est nécessaire au bon fonctionnement des choses. Les dirigeants élus sont compétents et charismatiques, leur pouvoir assure une stabilité nécessaire à l'orphelinat entier et, tout particulièrement, à Leonild. Toute tentative de soulèvement ou de modification du régime est par conséquent vouée à l'échec, étant donné qu'elle ne mènerait, au mieux, qu'à un changement de dirigeants sans rien modifier à l'ordre des choses.
  • Que pensez-vous de l'Aristocratie ? Si seulement elle comprenait plus de gens compétents et moins de flatteurs, combien cela irait mieux ! Mais cet état est de toute manière immuable : l'humain est sensible à la flatterie, à moins d'être un homme réellement supérieur (et encore : les hommes supérieurs se flétrissent parvenus au pouvoir), autant s'en accommoder.
  • Quel est votre sentiments sur Le Sycophante et les Remords ? Ils ont pour fâcheuse habitude de troubler la routine si chère à Leonild, raison pour laquelle elle aurait préféré qu'ils ne soient pas là. Mais les choses doivent être, et s'ils sont là, c'est qu'On l'a décidé. Autant s'en accommoder, bon gré, mal gré. D'autant plus qu'ils semblent avoir un certain lien avec Lucifel. Peut-être leur présence s'avérera-t-elle plus bénéfique qu'elle ne le semble présentement ? Un mal aujourd'hui peut causer un bien demain...
  • Quel est l'investissement de votre personnage dans la course aux privilèges ? Il est absurde de penser que Leonild s'investit dans la course aux privilèges. Elle agit, parce que ça lui semble juste ; elle se moque parfaitement des intrigues de cour. Ayant de toute manière peu de goût pour le mensonge, se préoccupant comme de sa première chaussette des intrigues de cour, elle se contente de faire son devoir avec un zèle tout carré. Que ça plaise ou déplaise, peu lui importe, même si se mettre Lucifel à dos ne sera sans doute pas pour lui plaire...


I'm a victim of your charm.
"Le temps va, et vient, et vire..."

Naissance un 15 mai 1930. Ca aurait pu arriver à tout le monde. Fille aînée d'un couple quelconque d'Anglais quelconques vivant dans un coin quelconque d'une ville quelconque. Une petite enfance parfaitement normale, aux dires des parents. Un bébé devenu une petite fille renfermée, à la conduite un peu bizarre, parfois. "Elle est timide", disait l'entourage. "Elle finira par prendre ses marques", répondaient les parents. Et puis, même si elle n'était pas très joueuse ni très enthousiaste, elle était quand même maligne, intelligente et rusée, et ça suffisait aux parents pour qu'elle fasse leur fierté. Rien de particulier à mentionner, disait-on. Une vie fadement normale, celle d'un quelconque enfant de classe moyenne. Un avantage, cela dit : sa mère était cultivée, préceptrice de profession. Par elle, Leonild eut un accès plus libre à la culture que la plupart des jeunes filles de son âge. Et elle en profita. La petite fille timide et renfermée s'avérait une véritable éponge à savoirs, se montrant particulièrement intéressée par les contes et les images.

Comme le voulait la loi, la jeune Leonild fut mise à l'école au début de l'année scolaire 1936-37, où elle n'apprit - à son sens - pas grand chose. Ah ! si, elle apprit une chose fondamentale : que la plupart de ses petits camarades étaient, au mieux, de profonds crétins. Une sensation renforcée par l'espèce de mépris qu'ils lui vouaient, alors qu'elle s'estimait plus compétente qu'eux ; un mépris encore renforcé lorsqu'il arrivait qu'ils parviennent à réaliser une tâche sur laquelle elle butait. Ce qui arrivait, surtout dans certains domaines, comme les travaux d'aiguille, où elle était tout sauf bonne. Ses coutures allaient de travers, elle s'embrouillait dès que mettre la table devenait un peu trop sophistiqué... inutile, bien évidemment, de parler de "conversations" qu'elle eut, puisqu'elle n'en eut guère. La très grande majorité du temps, elle se contentait d'exprimer toute la palette de ses sentiments d'un silence à peu près catégorique.

Les choses commencèrent à se gâter pour elle en novembre 1939. L'Allemagne avait déclaré la guerre. On prévoyait des temps terribles. Les parents de Leonild firent des provisions, contactèrent des connaissances. La Liverpool Corporation avait proposé, plusieurs mois auparavant, d'envoyer les enfants dans de plus petites villes, dans des villages isolés, dans les campagnes environnantes pour assurer leur sécurité. Les plus fortunés étaient déjà partis depuis longtemps. Mr et Mrs Braintree préparèrent une malle pour chacun de leurs enfants, leur remirent un peu d'argent au cas où, de la nourriture également, les embrassèrent un long moment en guise d'adieu. Ce fut la seule fois qu'on vit Leonild Braintree pleurer. Elle quittait Liverpool avec une angoisse terrible, motivée à la fois par la peur de l'inconnu, la peur de l'autre et la peur de la guerre. Les longues heures de trajet lui furent bien nécessaires pour tâcher de se reprendre.

On ne l'avait pas tout à fait confiée à des inconnus : la brave femme qui les accueillit, Taylor et elle, était une connaissance de sa mère. Au fond, la vie ne fut pas si horrible là-bas. Elle aurait même pu être agréable. Taylor s'en était bien accommodé ; Leonild se demandait souvent s'il comprenait seulement le sens du mot "guerre." Elle-même aidait Mrs Chester - c'était son nom - dans la mesure de ses moyens et n'oubliait pas d'écrire de temps en temps à ses parents. Durant huit mois, il ne se passa rien. La menace allemande était juste de plus en plus étouffante. On craignait partout. Mrs Chester s'empressait, aidée des enfants et d'autres proches, d'établir des provisions de nourriture et prévoir un abri dans la cave. La peur de la guerre était omniprésente. Pourtant, ce n'était pas la guerre qui allait ôter à Leonild ses chers parents. Ce ne fut qu'un problème de cheminée. On les retrouva asphyxiés chez eux le 12 juin 1940.

L'annonce de leur mort parvint une semaine plus tard à Mrs Chester, à qui revint la lourde tâche de l'annoncer aux enfants. Et avec cette tâche-là, une autre, plus terrible encore : celle de leur trouver un orphelinat. Avec la guerre qui menaçait, il fallait s'occuper de ça tout de suite. À la nouvelle de la mort de ses parents, Leonild resta stoïque au point d'être giflée et traitée de mauvaise fille par Mrs Chester. Son deuil était en fait tout intérieur. Une douleur glaçante, celle de n'avoir pu revoir ses parents, de ne plus jamais les revoir. À côté d'elle, Taylor, presque riant : comprenait-il seulement le mot "mort" et ses implications ? Sans doute était-il encore trop jeune. Mais ce fut une raison supplémentaire pour Leonild de s'éloigner de lui.

Un soir d'été, Mrs Chester annonça aux deux enfants leur départ prochain pour le Bedfordshire, pour Cloverfield Orphanage. Ils prirent le bus, puis le train. Plusieurs trains : il fallut changer à Liverpool et à Londres. À peine eurent-ils le temps de s'arrêter sur la tombe des parents Braintree. Puis, à nouveau le bus. Jusqu'à un arrêt parmi d'autres, en pleine campagne. Ce fut Mrs Chester qui signa les papiers que lui tendait Mr Kauffmann, le directeur de l'établissement. Et ce fut tout. Ils se firent leurs adieux, Leonild montra un tout petit peu de bonne volonté en esquissant un sourire à son ancienne hébergeuse. On l'emmena dans un dortoir, Taylor alla dans un autre. Tant mieux. Elle reçut quelques affaires, quelques fournitures, et la vie à l'orphelinat commença. Présentation brève de la nouvelle venue au dîner. Visage inexpressif de Leonild, rire de quelques enfants, de plusieurs adolescents. Railleries les jours suivants, mauvaises blagues et autres preuves de leur pathétisme. Leonild ne bronchait pas. On finit par s'y faire, par la laisser tranquille. Elle commença à appartenir au décor.

Et puis, il y eut l'arrivée de ce garçon, Lucifel, deux mois après elle. Des débuts de parfaite indifférence commune, puis un semblant d'intérêt. De lui envers elle. C'était bien la première fois qu'on la considérait dans ces lieux, auxquels elle s'était faite sans broncher, avec une espèce de résignation stoïque. Ils se rapprochèrent finalement, après un certain temps néanmoins (Leonild n'étant pas du genre à accorder facilement sa confiance), et elle fut intégrée au groupe des proches de Lucifel. Elle s'autorisa à prononcer quelques mots lorsqu'il fut question pour eux de promettre de se soutenir mutuellement contre les autres. Elle n'avait sans doute pas de réel intérêt à le faire, d'autant plus que se lier à d'autres lui paraissait superflu, mais n'avait rien à y perdre non plus... Ce choix fut cependant le bon, lorsque les maladies commencèrent à se répandre dans l'orphelinat, que les enfants furent blessés et malmenés. Elle n'échappa pas à la règle générale, du moins dans les premiers temps, mais ne semblait pas non plus être une victime de choix pour la cruauté des soeurs Hingley : recevant leurs soins et leurs poisons avec la même indifférence, ne leur adressant pas la parole, ayant compris quelle pouvait être la seule origine de leurs maux communs, elle se contenta d'éviter les soeurs et ne s'en porta pas plus mal. De toute manière, on avait par défaut tendance à laisser les proches de Lucifel tranquilles... Dieu sait pourquoi.

Et puis, il y eut ce jour d'été où les adultes disparurent, où Lucifel et Amity prirent le pouvoir après élections, où on établit l'Aristocratie. Dès les départ, Leonild se retrouva Comtesse. Fidèle au serment, elle continue encore à servir l'aristocratie et le pouvoir en place avec une indifférence glacée pour le commun des mortels, redoutée pour sa "cruauté" (en vérité sa rigueur), son inhumanité, mais tellement effacée qu'on a parfois la triste tendance à oublier qu'elle est là...

Quelle erreur...




Ronsasvals
"Ce sont amis que vent emporte, Et il ventait devant ma porte..."



▬ Âge : 20 ans
▬ Sexe : féminin
▬ Double compte ? Non
▬ Comment avez vous connu le forum ? Partenariat
▬ Qu'en pensez vous ? Voyez vous des améliorations à apporter ? Pour éviter des codes aussi compliqués que celui de cette fiche, pourquoi ne pas définir les parties en HTML via le CSS ? Ca serait beaucoup plus léger et on s'y retrouverait plus facilement... Ah, et les phrases en anglais, c'est bien, mais peu compréhensible pour quelqu'un ne le pratiquant peu : j'ai parfois du mal à comprendre ce que vous exigez de moi, j'espère ne pas avoir commis d'impair.
▬ Autre chose ? Il y avait déjà une Leonild Braintree inscrite, mais non validée, d'où l'astérisque à mon pseudo. Sinon, rien.
Revenir en haut Aller en bas
Lucifel J. Sveinsson

Bitch plz
avatar
♣ Bitch plz ♣


Rang : Prince.
Totem : Corbeau.
Messages : 806
Age : 24
Pseudo : Stonefox.

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 4 Octobre 1940.

MessageSujet: Re: Leonild Braintree   Jeu 15 Nov - 21:09

Hello~

Le caractère m'a l'air prometteur, j'ai hâte de lire la suite de ta fiche ! Pour le moment je retrouve très bien Leonild en tout cas !
Elle est effectivement arrivée en 1940, tu as donc bien fait de choisir cette date et au temps pour moi si j'ai omis de mentionner précisément l'année... Pour le péché capital, tu as le droit de le changer, ça ne cause pas de soucis majeur.
Et enfin, pour la fiche de présentation, ce n'est pas moi et l'ai codée/rédigée (à part le questionnaire et les infos au début), je suis d'ailleurs une piètre codeuse donc je ne peux pas vraiment t'aider sur ce point...

En tout cas, si tu as des questions au sujet de Leonild pour son histoire (notamment à Cloverfield), n'hésite pas à me mp ! o/ C'est dit implicitement mais elle faisait déjà partie du petit "club" de Lucifel avant qu'il ne soit Prince, par exemple (Lucifel est arrivé en Octobre 1940). Oh et par contre, en lisant ta partie questionnaire, j'ai remarqué un petit cafouillage. Je ne pense pas que ce soit de ta faute, mais dans l'intrigue présente, Amity est morte et c'est la Duchesse, Alix, qui a pris sa place.

Bonne continuation !

_________________

    And Evil takes a human form in Lucifel Sveinsson. Don't be fooled because he may seem like your typical selfish back-stabbing creepy little fuck, but in reality, he is so much more than that.


    Raise your hand if you have ever felt personally victimised by Lucifel Sveinsson.


Eat it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


♣ Invité ♣



MessageSujet: Re: Leonild Braintree   Jeu 15 Nov - 23:57

Et voilà, je pense avoir fini... :) Je suis tout ouïe pour les remarques. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Lucifel J. Sveinsson

Bitch plz
avatar
♣ Bitch plz ♣


Rang : Prince.
Totem : Corbeau.
Messages : 806
Age : 24
Pseudo : Stonefox.

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 4 Octobre 1940.

MessageSujet: Re: Leonild Braintree   Ven 16 Nov - 0:25

La seule erreur que je peux souligner c'est que c'est "Cloverfield Orphanage" et pas "House", mais c'est très très accessoire parce que le reste est très fidèle à ce que je pensais de Leonild ! Rapide et efficace avec ça, tu es donc validée~

Si le cœur t'en dis, tu peux poster une fiche de relations pour Leonild ici, demander un rp et poster la participation de Leonild au couronnement de la nouvelle princesse ! Tu peux aussi faire un tour sur le topic de l'intrigue principale pour te renseigner un peu sur la chasse aux feuilles ♥ N'oublie pas d'envoyer la (les) bêtises/hontes de Leonild au Sycophante~ !
Et j'édite ton pseudo de suite.

Bon jeu ♥

_________________

    And Evil takes a human form in Lucifel Sveinsson. Don't be fooled because he may seem like your typical selfish back-stabbing creepy little fuck, but in reality, he is so much more than that.


    Raise your hand if you have ever felt personally victimised by Lucifel Sveinsson.


Eat it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


♣ Invité ♣



MessageSujet: Re: Leonild Braintree   Ven 16 Nov - 0:32

Merci beaucoup pour cette validation ! ^^

Je vais éditer le petit détail du "Orphanage" et je regarderai le reste des liens ce week-end, parce que là, il est quand même un peu tard pour RP en sachant que je me lève demain à 5h30... :nerd
Revenir en haut Aller en bas
Lucifel J. Sveinsson

Bitch plz
avatar
♣ Bitch plz ♣


Rang : Prince.
Totem : Corbeau.
Messages : 806
Age : 24
Pseudo : Stonefox.

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 4 Octobre 1940.

MessageSujet: Re: Leonild Braintree   Ven 16 Nov - 0:35

Mon Dieu, bonne chance pour te lever demain D:

Je déplace ta fiche ♥

_________________

    And Evil takes a human form in Lucifel Sveinsson. Don't be fooled because he may seem like your typical selfish back-stabbing creepy little fuck, but in reality, he is so much more than that.


    Raise your hand if you have ever felt personally victimised by Lucifel Sveinsson.


Eat it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


♣ ♣



MessageSujet: Re: Leonild Braintree   

Revenir en haut Aller en bas
 

Leonild Braintree

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unlucky Cloverfield :: • With crooked children. :: Registres. :: Le placard.-