Leonild Braintree ▬ Fear the law, cuz' i can make you fall.



 

Partagez | .
 

 Leonild Braintree ▬ Fear the law, cuz' i can make you fall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Leonild Braintree

Duchesse
avatar
♣ Duchesse ♣


Totem : Chèvre
Messages : 27
Age : 28
Pseudo : Adraeth

Once upon a time
Âge du personnage: 11 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: Août

MessageSujet: Leonild Braintree ▬ Fear the law, cuz' i can make you fall.   Sam 16 Nov - 15:29



People are of no interest.

"Feat. Jeune fille aux cheveux longs, noirs et raides et aux yeux bleus."

▬ âge : 11 ans
▬ date de naissance : 15 Mai 1930
▬ catégorie : Refined Class
▬ rang : Duchesse
▬ date d'arrivée à cloverfield : En Août
▬ péché mortel : Paresse
▬ totem : Chèvre


I will do you harm.
"..."

Difficile, pour qui que se soit, de savoir ce que Leonild a dans la tête. Difficile de comprendre les rouages qui animent ses pensées, qui façonnent sa raison, son être. Difficile de déchiffrer ce visage si peu expressif, comme figé en un perpétuel masque de total indifférence. Pourquoi ? Peut-être parce que la jeune fille est indifférente, justement. Indifférente à tout, à tout le monde, à tout ce qui l'entoure, si ce n'est quelques exceptions assez peu nombreuses pour les compter sur ses doigts. Même la souffrance et la mort la laissent indifférente. Et elle est même indifférente au fait d'être indifférente. Elle a ses raisons, sans doute, mais il est fort probable que personne ne puisse se targuer de les connaître. Et c'est encore plus vrai à Cloverfield. Même son propre frère ne peut s'en vanter.

Pourtant, Leonild est bien loin d'être inapte. Bien au contraire, c'est une fille d'une grande intelligence, d'une adaptabilité qui ferait pâlir d'envie un caméléon. Ce nouvel environnement était déjà le sien, quelques jours à peine après son arrivée. Et à la disparition des adultes, elle s'est encore une fois adaptée. Plus encore, elle n'a pas eut grand mal à se hisser au plus haut de cette nouvelle société, édictée par le Prince et la Princesse. À devenir importante, haut placée, intouchable, influente. Malgré son indifférence globale, elle apprécie cette position. Elle l'éloigne de la masse, la rend inaccessible, dangereuse, intouchable, ou presque. Elle lui promet d'être tranquille, ou du moins d'écarter la majeure partie des autres enfants de  son chemin, de son espace vital. Et elle la rapproche du Prince. Une position privilégiée, qui lui permet de rester en contact avec la seule personne partageant ses points de vue, l'une des rares personnes qu'elle apprécie réellement, et la première avec qui la jeune fille se soit entendu dés son arrivée dans ce trou à rats.

Car, oui, Leonild est a des lieux d'être une farouche supportrice de l'égalité. Si elle n'était pas si indifférente, elle froncerait certainement le nez à chaque fois qu'elle croise un autre orphelin, cette bande de roturiers, d'insectes ineptes et inaptes, à peine bons à s'occuper des basses besognes, quand seulement ils arrivent à les faire à un niveau de compétence acceptables. La Duchesse n'a aucune espèce de sympathie pour ceux-là. Ils sont tolérés, à Cloverfield, car ils en représentent la main d’œuvre. Ils sont acceptés, seulement s'ils se montrent d'une rare efficacité. Mais la grande majorité d'entre eux ne représente aucune espèce d'intérêt. Car, après tout, ils ne sont que des insectes qui grouillent au sol de Cloverfield, parasites inutiles finissant par tomber sous les coups des Remords.
Leonild apprécie les Remords, d'ailleurs, dans une certaine mesure. Elle les apprécie car ils sont utiles, aussi dangereux et effrayants qu'ils soient. Car ils les débarrassent des paresseux, des inutiles, des inaptes, à grands coups de balais et autres outils. Ils les font disparaître dans un charnier ou un autre, loin du regard de l'Aristocratie, qui peut poursuivre son règne en paix. Si elle ne risquait pas d'y laisser sa peau, Leonild pourrait presque les remercier, eux et le Sycophante.

Elle pourrait, mais elle souhaite rester en vie, rester à sa position confortable, loin au dessus de la masse grouillante. C'est pour cela que, malgré le péché de paresse qui la ronge, elle doit s'efforcer d'accomplir ses devoirs dans cette nouvelle micro-société. La position de Duchesse l'y aide également. Au moins, les tâches qui lui sont confiées sont un tant soit peu plus digne d'intérêts que de devoir nettoyer des patates, planter des carottes ou laver des bêtes. Ces tâches-là ne sont bonne que pour les roturiers, que pour la lie de la société du Prince.
Car elle vaut mieux que cela, bien entendu. Elle est dévouée à ce nouveau système, à son créateur, et n'a que trop à cœur – même s'il n'y paraît pas – de faire respecter ses lois. Et ô les fait-elle respecter, ces lois. Ô en sait-elle, des choses. Car Leonild traîne ses oreilles et ses yeux un peu partout, comme si l'expression « les murs ont des oreilles » parlait d'elle. Si les Remords sont le danger qui sévit la nuit, alors peut-être la Duchesse est-elle celui qui sévit le jour. Car elle voit, entend, et réfléchit. Car il ne fait jamais bon faire des messes-basses quand elle n'est pas loin, qu'elle ait été remarquée ou non.
La jeune fille n'a que faire de la vérité, de l'indignation d'un enfant démasqué. Quiconque transgresse les règles, ou fait mine de se rebeller, mérite d'être jugé par les bons soins du Prince. Du moins, s'il ne décide pas de la laisser s'en charger elle-même...

Et pas une seule fois, dans ce genre de situations, son visage ne se déride. Sous aucun prétexte il ne s'anime d'une expression. Leonild est semblable à une poupée de porcelaine, en apparence. De la porcelaine aussi impénétrable que le charme qui retient les pensionnaires de Cloverfield sur place.
La seule personne pouvant se vanter de connaître l'entrée de cette forteresse d'indifférence est le Prince. La seule personne avec qui elle se permet de réellement discuter – et ô combien est-ce un exploit – ou de montrer qu'elle est capable de ressentir des émotions. Car il est bien l'un des très rares élus à être capable de lui faire ressentir autre chose que de l'indifférence ou du dégoût. Et c'est peut-être bien pour ça, justement, qu'elle cherche à rester près de lui...

Et elle y parvient. Elle y parvient parce que Leonild est une jeune fille très intelligente. Elle a su accéder à cette position prestigieuse, et y rester jusqu'à présent. Et elle compte poursuivre sur cette route. Elle a déjà fait ses preuves à de nombreuses reprises, et beaucoup savent que, s'ils devaient rêver de prendre sa place, ils auraient besoin de bien longtemps, et sans aucun doute de s'allier tous, pour arriver à la faire basculer. Or, personne ne veut partager un pouvoir durement acquis. Leonild le sait, et elle en profite amplement. Car elle a tout à fait sa place à la cour du Prince. Elle sait jouer avec les rouages de leur micro-société, utiliser des preuves et de vilains petits secrets pour piéger quelques rats, et en obtenir ce qu'elle souhaite.
Ou simplement pour les éliminer définitivement du tableau...

S'il est un dernier détail à mentionner, ce sera celui-ci : Leonild n'apprécie que très peu qu'on la touche. Elle est très sélective avec ceux qu'elle laisse poser la main sur elle, et n'hésite pas à chasser une main non désirée. Dans l'ensemble, elle déteste être touchée par toute personne à qui elle est indifférente. Ce qui regroupe pas mal de gens...


I will break my arm.
"Citation, lien, whatever."

  • Que pensez-vous de la Royauté ? Ils sont les seules personnes dignes d'intérêt, ici. Ils sont ceux qui édictent les règles, que je m'efforce de faire respecter. Ils sont ceux qui ont mit en place tout ceci, qui ont permit de tout maintenir en ordre Cloverfield alors que les adultes ont disparus. Ils représentent tout ce que chacun devrait aspirer à devenir. S'ils sont digne de le devenir, bien entendu...

  • Que pensez-vous de l'Aristocratie ? Des personnes un tant soit peu digne d'intérêt, en fonction des cas. Où, au moins, qui méritent mon indifférence, à la différence des orphelins qui ne rencontrent que mon dégoût et mon désintérêt le plus total. Tant qu'ils se montrent utiles à la cour du Prince, tant qu'ils méritent leur position, tout va bien. Mais s'il s'avère qu'ils deviennent plus une gêne qu'autre chose, et je n'hésiterais pas à les faire tomber, pour regarder la masse grouillante les mettre en pièces...

  • Quel est votre sentiments sur Le Sycophante et les Remords ? D'une certaine façon, je leur lui reconnaissante. Ils font le tri, attrapent les paresseux, les tricheurs, les indignes, les inaptes, et les font disparaître. Ils ne se content pas de les abattre, de les éliminer du jeu, mais littéralement disparaître, afin que l'on ait plus à les supporter, d'une quelconque manière que ce soit. Ils sont dignes de respect.
  • Quel est l'investissement de votre personnage dans la course aux privilèges ? Compte tenu de ma position, mes efforts concernent surtout le fait de rester à cette position. Certes, j'ai des appuis importants, comme ma familiarité avec Lucifel, mais cela ne signifie pas que je peux rester complètement oisive. Peut importe à quel point une tâche peut se montrer ennuyeuse et inintéressante, je dois confirmer la loyauté et mon dévouement.


I'm a victim of your charm.
"..."

Comme pour son caractère, peu de gens en savent long sur la vie de Leonild. La plupart de ceux qui en savent quelque chose, en fait, le savent par les bribes communes à la vie de son frère, Taylor, et encore.

Leonild est née en 1930, par une calme journée de printemps. Il n'y avait rien de très particulier à cette journée, si ce n'est qu'elle était la première enfant de ses parents, et qu'ils étaient tout les deux très heureux d'avoir une jolie petite fille. Il s'avéra qu'elle avait hérité des profonds yeux bleus de sa mère, et son regard semblait presque hypnotiser ceux qu'elle fixait. Un beau bébé, né dans de bonnes conditions, sans problème notable.
Elle était d'ailleurs un bébé plutôt calme, ne se faisant réellement remarquer que quand elle en avait besoin. Ses parents purent être reconnaissants de faire des nuits assez complète, et de ne pas être complètement épuisés pour reprendre le travail. Il n'y avait peut-être que la nourrice qui avait un léger problème, trouvant la tendance de la petite à la fixer quelque peu... effrayante, parfois.
Puis, un an plus tard arriva Taylor. Leonild était encore petite, et se montra assez indifférente à ce nouvel arrivant dans sa petite vie. Elle s'en accommoda, ne le traitant ni particulièrement bien, ni particulièrement mal, et essayant d'éviter qu'il la colle trop, à partir du moment où il pouvait se déplacer lui-même.

La vie poursuivit tranquillement son cours. La mère de Leonild récoltait les taxes, tandis que son père chargeait et déchargeait des cargaisons. Pendant ce temps, la jeune fille tentait d'avoir la paix, de vaquer à ses propres occupations, sans qu'on la dérange. Elle commença à aller à l'école, s'avérant bien assez vive d'esprit pour ne pas avoir de réelle difficulté. Elle fut une élève très calme, presque effacée, en fait. Elle restait l'écart des groupes qui se formaient, ne s'impliquait pas dans les rassemblements des autres, même quand ils tentaient de l'y inclure. Elle aimait sa tranquillité, sa solitude, et les préoccupations des autres enfants lui paraissaient d'un intérêt plus que discutable.
Elle ne s'est jamais réellement bien entendu avec beaucoup de monde. Différente, indifférente, elle avait sa propre façon de penser, qui n'était pas assez proche de l'insouciante innocence des autres. Bien entendu, certains adultes se posèrent des questions, certains professeurs tentèrent de comprendre, de lui demander pourquoi elle restait à l'écart. La réponse fut sans appel : « Je n'ai que faire de leurs jeux, de leurs centres d'intérêts. »
Leonild était une enfant calme, solitaire, qui ne s'intéressait pas aux mêmes choses que les autres enfants de son âge. Elle était intelligente, équilibrée, responsable, plus mature que son âge, peut-être. Du coup, bien qu'ils gardèrent un œil sur elle, personne n'insista beaucoup plus.
Elle n'avait pas l'air d'en souffrir, et choisissait cet état de fait consciemment, librement.

Mais en ce monde, les vies trop simples et paisibles semblent vouée à être perturbées. Cela peut-être un accident de la route, un voleur trop nerveux, une maladie ou un propriétaire véreux. Ou encore un lâché de bombe rasant une partie de Liverpool et faisant d'innombrables morts. Dont le couple Braintree.
Leonild et Taylor se retrouvaient donc orphelins, en ayant à peine une dizaine d'années, sans famille pour les recueillir. Son frère fut beaucoup plus émotif à cette nouvelle. Leonild, elle, versa à peine quelque larmes. Elle prit ce changement de façon relativement stoïque, comparé à ce que l'on aurait pu penser. Elle fit de simples constatations, comme quoi ils n'avaient plus de parents, pas de famille proche. L'orphelinat leur tendait donc les bras. La vérité, rude, nue, pure et simple. Sa vie allait changer, et elle allait devoir s'y habituer.

Ils furent envoyés, son frère et elle, dans l'orphelinat de Cloverfield. Bien entendu, leur arrivée s'accompagna de celle de plusieurs autres enfants qui avaient perdu leurs parents dans les mêmes circonstances. Les lieux étaient compte un concert de pleurs, de sanglots et de cris. Insupportable.
Leonild se retira rapidement à l'écart de tout ce bruit, pour avoir la paix. Exception faite des orphelins déjà présents, elle était peut-être la seule à ne pas pleurer. Ce sont probablement ces deux facteurs qui attirèrent l'attention d'un garçon, qui se présenta sous le nom de Lucifel Sveinsson. Rapidement, la jeune fille sentit quelque chose, chez lui. Quelque chose qui faisait qu'elle n'avait pas envie de l'ignorer. Elle succomba à son charisme, et découvrit bien rapidement à quel point leurs esprits étaient similaires. Ils avaient la même façon de voir les choses, de voir le monde. Si elle était peut-être beaucoup plus indifférente, elle n'en partageait pas moins son avis sur la masse d'orphelins crasseux et grouillant qui s'était pressés sur les nouveaux venus, comme autant de charognards prêts à avaler n'importe quoi, au milieu de la boue.
Leonild trouva une personne qu'elle appréciait, à qui elle s'intéressait. Elle y trouva un ami, qui était capable d'éveiller sa curiosité et de la faire réagir, de lui faire exprimer des émotions jusqu'à ce que celles-ci soient visibles. Il fut même la première personne à arriver à la faire rire, de façon sincère.

La jeune fille s'adapta très rapidement à son nouvel environnement. En l'espace de quelques jours à peine, elle évoluait dans ce nouvel environnement comme si elle y était née, passant du temps à converser avec Lucifel, échangeant des propos ô combien similaires, dans des discussions ô combien agréables.

Puis les adultes se volatilisèrent, et Lucifel prit les commandes. Alors que la masse des orphelins faisait n'importe quoi, elle-même s'affaira à aider le Prince auto-proclamé et sa Princesse de son mieux. Il ne fallu pas longtemps pour mettre en place une micro-société à la tête de laquelle se trouvait Lucifel et sa Princesse et, juste en dessous, Leonild et un autre garçon, Alexiel.
Dés lors, la jeune fille évolua dans un environnement satisfaisant. Il y avait quelque chose d'enivrant à détenir un tel pouvoir, à ce que quelques unes des rares paroles qu'elle prononçaient puisse faire acte d'ordre quasi-absolu, que seul le couple royal pouvait remettre en question. Ce nouvel environnement était aussi différent du précédent que sa vie d'avant ne l'état de l'orphelinat. Et pourtant, Leonild s'adapta à la perfection, en un temps record, une fois de plus. Elle s'était rapidement hissée à la position de Duchesse, et y resta dans vaciller jusqu'à maintenant. Son intelligence, son ingéniosité, ses capacités d'écoute lui valait cette place, prêt de Lucifel.

Et elle comptait bien ne laisser personne la lui prendre...


Adraeth

"Meh."
▬ âge : 24 ans
▬ sexe : Plug-In USB
▬ double compte : Aucun
▬ Comment avez vous connu le forum ? En fait, mon regard a été accroché par la bannière, pendant que je cherchais la position de mon propre forum sur un topsite. Ça m'a intrigué, j'ai jeté un œil... et me voilà.
▬ Qu'en pensez vous ? Voyez vous des améliorations à apporter ? Je ne sais pas si c'est normal, mais pour moi, tout le forum est complètement à droite de mon navigateur. C'est déroutant pour la lecture. Autant je peux comprendre l'intérêt de laisser l'image visible, autant j'ai vraiment du mal à m'y faire...
▬ autre chose ? Nope.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifel J. Sveinsson

Bitch plz
avatar
♣ Bitch plz ♣


Rang : Prince.
Totem : Corbeau.
Messages : 806
Age : 24
Pseudo : Stonefox.

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 4 Octobre 1940.

MessageSujet: Re: Leonild Braintree ▬ Fear the law, cuz' i can make you fall.   Sam 16 Nov - 21:06

Bonjour et bienvenue à Cloverfield Orphanage, chère duchesse ! :ange 

Tout d'abord, je suis très contente que nous ayons une nouvelle Leonild parmi nous ! Ta fiche est pleinement satisfaisante, j'aime beaucoup l'interprétation que tu fais de notre chère chèvre. Je ne vois rien à redire à part ronronner de satisfaction ♥️

Tu es donc validée ! :happy Si tu as envie, tu peux te greffer à l'event actuel (la disparition de la Fièvre), auquel cas envoie-moi un MP pour que je te transmette les infos nécessaires et que je t'ajoute à un groupe.

Pour le forum aligné à droite, c'est voulu. Ça fait bizarre au début (nous-même on était déstabilisés) mais on s'habitue !

Bon jeu et amuse-toi bien (si tu le peux :naughty )

_________________

    And Evil takes a human form in Lucifel Sveinsson. Don't be fooled because he may seem like your typical selfish back-stabbing creepy little fuck, but in reality, he is so much more than that.


    Raise your hand if you have ever felt personally victimised by Lucifel Sveinsson.


Eat it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Leonild Braintree ▬ Fear the law, cuz' i can make you fall.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» PRIMAL FEAR
» 'FROM FEAR TO ETERNITY: THE BEST OF 1990-2010' le 06 Juin 2011
» Talking Heads - Fear of Music (1979)
» The Bats - Fear Of God (1991)
» Snak The Ripper - Fear Of A Snak Planet (12.24.2010)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unlucky Cloverfield :: • With crooked children. :: Registres. :: Greetings !-