A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]



 

Partagez | .
 

 A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ed Flat

Jardinier
avatar
♣ Jardinier ♣


Rang : 5
Totem : Musaraigne
Messages : 64
Age : 27
Pseudo : Zèbre

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: mai 1941

MessageSujet: A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]   Sam 31 Aoû - 21:26

Le couloir était long, désert. Finalement, Ed Flat ne connaissait pas si bien l'orphelinat...pas bien du tout, même. Elle était habituée à vagabonder dehors, à arracher les mauvaises herbes et se hisser en haut des arbres. C'était sûrement pour cela, d'ailleurs, qu'il émanait de sa personne une odeur bien singulière. Un mélange de boue, d'eau rance et de bains évités pendant des jours et des jours. Le fait que sa situation soit...disons...inhabituelle et qu'elle cache en réalité son véritable sexe faisait que la petite fille évitait avec encore plus de volonté que d'habitude les lieux où ses camarades se réunissaient pour être propres. Qui savait, au juste, qu'elle était une fille ? Deux personnes ici, et c'était déjà trop. La première, Jezabel, le savait déjà avant qu'elle n'arrive ici...par quel malheureux hasard avait-il fait se rencontrer de nouveau ces deux filles en ce même lieu ? Elle détestait cette mijaurée, cette pétasse qui pensait honnêtement se comporter en chevalier alors qu'il n'en était rien. Ensuite, il y avait eu Ezekiel : elle avait eu un moment de faiblesse et lui avait avoué ce qu'elle était réellement...mais c'était sûrement la dernière fois.

Ce couloir était véritablement long. Ed posa ses petits doigts sombres sur le mur, regardant avec appréhension derrière elle...ou plutôt ce qui pouvait se trouver derrière elle. Noir, personne, insignifiance. Elle soupire, heureuse de ne pas voir quelque chose semblable à celle qui les a accompagnés à la cave. La réminiscence peut lire dans les pensées. Ses frères et sœurs les espionnent, quotidiennement, elle le sait, c'est ce qui la terrifie au plus profond d'elle-même. Elle voit que certains autres orphelins ont recommencé à vivre normalement, que les plus petits hurlent la nuit. Elle, elle les évite. Elle est la musaraigne. La plupart d'entre eux est trop effrayée de côtoyer un enfant à la peau sombre, de toute façon. Beaucoup n'en ont sans doute jamais vu, et parfois, on la montre du doigt en chuchotant.

Peuh. Ce n'est pas ça qui va la tuer.

Elle était perdue. Oui, c'était bien ça : elle était perdue. Sa main caressait les motifs de la frise du papier peint, sur le mur...la même depuis des minutes et des minutes. Ce n'était pas que l'orphelinat était un labyrinthe...ça, c'était plutôt dû à son sens de l'orientation légendaire en intérieur. Dans le jardin ou dans les égouts, elle aurait été capable de vous dire exactement où elle était...ici, c'était différent. Elle était comme une souris dans un clapier géant, et ces couloirs la faisaient paniquer. Où était donc son dortoir ? Elle devait encore échapper à la douche – après tout, elle s'était bien mouillée lors de la dernière pluie, alors pourquoi prendre un bain ? Les gens étaient vraiment bizarre, ici, mais pas pire que les derniers nobles chez lesquels elle était.

Comment était-elle arrivé ici ?

Elle se souvenait d'escaliers...qu'elle avait monté... Il y avait des escaliers, pour aller jusqu'aux dortoirs ? ...Oui. Des escaliers. Pourquoi avait-elle loupé les dortoirs ? D'habitude, elle voyait toujours quelques enfants devant...et là...pourtant, ils venaient tous de finir leurs tâches quotidiennes. Elle, elle avait les mains et le visage pleins de terre, les autres devaient être dans le secteur, non ?

Il y avait une porte, là.

« Il y a quelqu'un ? Je suis perdu ! »

Elle la poussa tout doucement, comme si il s'agissait d'un sanctuaire... C'était un lieu où divers papiers étaient accumulés, une grande pièce. Se retournant, elle vit qu'une clé se trouvait dans la serrure et elle la toucha, presque timidement. Et puis referma la perte, faisant tourner la clé dedans...avait-elle le droit d'être ici ? Elle ne le savait pas...elle ne pensait pas, du moins. Ed n'était pas à l'orphelinat depuis assez longtemps pour connaître tous les lieux, elle ne s'amusait pas avec les autres après la fin du travail, et puis, tout le monde savait qu'elle passait son temps à grimper sur les arbres.

Il y avait bons nombres de livres, ici. Elle en sortit un au hasard, mais en voyant les lignes de texte, elle fit aussitôt la grimace et s'empressa de le refermer d'un coup sec. Ne le replaça pas à sa place.

Un bruit ? Quelque part ? Le fond de la pièce ? Que faisait cette porte, là-bas ? Ed se cacha vite fait sous le bureau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucifel J. Sveinsson

Bitch plz
avatar
♣ Bitch plz ♣


Rang : Prince.
Totem : Corbeau.
Messages : 806
Age : 25
Pseudo : Stonefox.

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 4 Octobre 1940.

MessageSujet: Re: A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]   Lun 9 Sep - 1:44

Lucifel s'éveilla difficilement de sa sieste avant la sensation de s'être fait assommer. Fricoter avec Ezekiel le mettait souvent dans cet état-là ; c'était fatiguant comme occupation et l'après était désagréable, pesant et douloureux. C'était dommage parce que Lucifel n'aimait rien tant que la première étape, celle de la séduction. Il était plutôt fort à ce petit jeu. Mais le garçon n'était qu'un allumeur pour qui la phase suivante n'avait pas tant d'attrait que cela. Nonobstant, Zeke avait ses propres pulsions, il était plus fort que lui et si c'était là le prix de sa fidélité, Lucifel pouvait bien lui consacrer ponctuellement une heure de son temps. Mais pourquoi fallait-il que ce soit si douloureux ? Le regard trouble, Lulu regarda ses poignets marqués de stries rouges, là où le valet l'avait broyé de sa poigne puissante. Le Prince toussota, la gorge sèche. Il l'avait serré fort là aussi, prétextant que l'étranglement rendait les choses plus érotiques et plus agréables. Certes, mais pas lorsqu'on l'étreignait aussi vivement. Le garçon effleurant son cou du bout des doigts, il était chaud ett endolori. Ailleurs, il avait des griffures et autres traces de morsures, des bleus aussi, qui venaient s'assortir aux vieilles cicatrices de son dos et ses fesses causées par les coups de bâton et de cravache administrés par son père puis par le Directeur, Homer Hoffman. Son père voulait faire rentrer la Foi dans son crâne hérétique, le directeur la discipline. Lucifel n'avait jamais pu assimiler aucune de ces deux vertus en dépit des efforts fournis par les adultes autour de lui. Lulu avait beau être un fils de pasteur, il abhorrait ce Dieu qui prônait l'amour au sein de la famille mais qui l'en avait dépourvu. Il méprisait ce représentant du Tout-Puissant qu'était son père et qui lui volait l'attention de sa mère. Sa mère... Vigdís n'avait pas embrassé Dieu, elle avait prêté allégeance à Satan. Vigdís était trop parfaite pour rentrer dans le moule du mouvement luthérien et du christianisme en général. Alors Lucifel avait fait comme elle, mais sa mère ne l'avait guère plus aimée, au contraire. Avait-elle eu peur que sa couverture tombe, que son stratagème ne soit éventé ? Sans doute. Car elle l'avait toujours rejeté et Lucifel n'avait plus qu'arboré sa croix retournée dans le seul but de choquer.
Quant à la discipline... Pourquoi s'embarrasser de toutes ces chaînes alors que la vie est faite pour être vécue ? Les règles, les contraintes, étaient toutes autant de barrière qui empêchait l'Homme de vivre sa vie d'animal. Stupide humain que de s'enfermer dans les us et coutumes, dans le travail et dans les « bonnes manières ». Lucifel se sentait bien au-dessus de tout ça. A l'orphelinat, il avait édité un règlement mais il n'était nullement concerné par une chose aussi triviale. Vivre au-delà des lois était le privilège des Rois. Lucifel en était un. Les autres n'étaient que des rampants. Son père aussi. Hoffman aussi. Alors ces deux idiots n'avaient aucun droits sur lui. Ils avaient eu beau frapper, l'enfant n'avait jamais cédé. Aussi avait-il été coutumier des divers châtiments corporels en vogue dans l'esprit de ses tuteurs. Vigdís aussi l'avait malmené. Mais il était trop petit pour qu'il puisse s'en souvenir. Après tout, il n'était encore qu'un bébé quand sa mère le secouait et le battait.

Rompu, le garçon se leva difficilement, tremblant un peu. Il se sentait faible, vaguement nauséeux, incertain sur ses pieds. Il tituba vers l'armoire et s'y appuya le temps de prendre de nouveaux vêtements. Lucifel se traîna ensuite dans la salle de bain privative de la suite de l'ancien directeur et constata qu'avant de partir, Ezekiel avait eu la présence d'esprit de préparer des vasque d'eau chaude. Lucifel soupira de soulagement et versa l'eau dans la baignoire avant de s'y glisser. Le contact du liquide tiède était à la fois bienfaisant et irritant et il y resta un moment, légèrement somnolant. Quand l'eau fut presque fraîche, il se savonna vaguement avant de se laisser aller à un demi-sommeil jusqu'à ce que l'eau soit froide et qu'il sorte, frémissant. Enroulé dans une serviette, le Prince c'était allongé par terre en position fœtale, pensif. Il n'avait qu'une hâte, être au soir et dormir. Oh, pourquoi ne pas redormir maintenant après tout ? Hm. Il n'aurait qu'à prendre un livre pour se laisser couler dans les bras de Morphée... Oui, il allait faire ça.

Avec toute sa volonté, Lucifel se redressa et traversa la suite du directeur pour aller dans le bureau attenant, sa serviette sur les épaules, serrée autour de son corps maigrelet. Il pénétra dans la pièce silencieuse. Albert n'était pas là, il devait sans doute relever les totems sur les panneaux de bois à l'entrée de chaque poste de travail pour vérifier si tout le monde avait bien accompli sa charge quotidienne. Il était donc seul et cet état de fait le soulagea. Pas envie de parler. Pas envie d'une autre présence. Lulu se planta devant la bibliothèque, le regard vitreux. La plupart des livres du directeur avait été brûlés ou relégués au fond de la bibliothèque pour être remplacés par de la littérature enfantine qui provenaient de cette même bibliothèque. Des livres que l'aristocratie avait choisi pour se les réserver. De là où il était, Ed ne pouvait voir qu'une paire de jambes pâles et abîmées, nues jusqu'à mi-cuisses tandis que le garçon ne se doutait de rien... Jusqu'à ce moment précis. Le garçon fronça les sourcils. Lorsqu'il chercha « Salten » dans les auteurs dont le nom commençait par la lettre « S », il ne trouva pas l'ouvrage qu'il cherchait, « Bambi, l'histoire d'une vie dans les bois ». Lucifel grinça des dents, agacé. Quelqu'un l'avait emprunté ? L'enfant se tourna mais ne le vit nul part dans la pièce. Mais où était ce fichu bouqu- Là. Lucifel cilla. Le livre était un peu plus loin sur une étagère, remis à la va-vite, de travers. Son cœur manquant un battement et les petits cheveux de sa nuque se hérissèrent. Il eu soudain le terrible sentiment de ne pas être seul, vulnérable. Le Prince se retourna vivement et ses yeux violacés tombèrent sur la seule cachette qui lui vint à l'esprit : sous le bureau. Le cœur battant, sans lâcher sa serviette, le garçon s'agenouilla et tomba nez-à-nez avec quelqu'un de très sale. Lucifel ouvrit de grands yeux stupéfaits. Il avait déjà vu cette personne, elle avait la peau noire, comme si elle ne n'était jamais lavée. Il lâcha, trop estomaqué pour être en colère : « Pourquoi tu ne te laves jamais ? Tu es plus sale que Dolores et Poppy réunies. » C'est dire !

_________________

    And Evil takes a human form in Lucifel Sveinsson. Don't be fooled because he may seem like your typical selfish back-stabbing creepy little fuck, but in reality, he is so much more than that.


    Raise your hand if you have ever felt personally victimised by Lucifel Sveinsson.


Eat it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ed Flat

Jardinier
avatar
♣ Jardinier ♣


Rang : 5
Totem : Musaraigne
Messages : 64
Age : 27
Pseudo : Zèbre

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: mai 1941

MessageSujet: Re: A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]   Sam 14 Sep - 22:07

Ed se cachait, priant chaque cellule de son petit corps pour que le bruit qu'elle avait entendu ne fut que hasard. Qu'il s'agisse de quelque chose soudainement tombé à tard, surtout pas d'un intrus dans ce lieu. Où se trouvait-elle, bon sang ? Elle avait replié ses genoux contre son torse, tentant de respirer le plus faiblement et le plus doucement possible. Lorsqu'elle entendit quelqu'un se déplacer dans la pièce, elle comprit qu'elle devait avoir raison...lorsqu'elle se demanda si elle avait replacé convenablement le livre, elle eut un doute. Elle qui ne savait pas vraiment lire, ou alors avec peine, alors elle l'avait rangé au hasard.

Les pas se dirigèrent vers elle et une tête apparue soudainement sous le bureau, causant chez Ed un mouvement de surprise qui lui fit cogner la tête contre le bois.

« Aïe... »

C'était un individu qui avait les cheveux bruns. Mi-longs. Tandis qu'elle l'observait, Edward se rendait compte qu'elle le connaissait...et à forte raison, puisqu'il s'agissait de « leur » prince. L'être humain le plus puissant parmi eux et qui avait es relations avec les êtres de cauchemars qui se faisaient une joie de gouverner leur vie. Lorsque Ed comprit cela, elle comprit également qu'elle ne devait pas être ici...c'était une petite fille fine, intelligente. Elle n'avait pas besoin de beaucoup de temps pour comprendre quelque chose. En revanche, elle eut du mal à comprendre que Lucifer n'avait jamais vu de petites filles, ou de petits garçons, à la peau noire. Elle ne le comprit pas, d'ailleurs, et imagina qu'elle était en effet très très sale, et qu'elle devait puer. Elle le savait, mais bon, ce n'était pas facile pour elle non plus : elle ne voulait pas affronter les autres enfants dans les douches collectives, elle ne voulait pas porter de jupes. Les jupes lui faisaient horreur, et elles étaient tellement moins pratique pour courir !

Edward tenta de reprendre son souffle, enregistrant tout de même l'information qui lui hurlait que le Prince était là, devant lui, et qu'elle allait devoir avoir une très bonne raison pour se trouver là...même si la seule, la vraie, « je suis perdue », ne lui paraissait pas trop mal. Elle inspira un peu, histoire de voir si elle reniflait mais elle était trop habituée à sa propre odeur pour que ça la dérange. Lorsqu'elle travaillait dehors, aussi, personne ne lui causait d'histoire, alors pourquoi lui parlait-il de Poppy et de Dolorès. Elle ne les connaissait pas, elle ne connaissait personne et ne pouvait même pas envisager s'enfuir car Lucifel la retrouverait très vite.

« Y'a la queue dans la douche, j'ai pas pu me doucher, et puis je voulais me changer mais j'me suis perdue ! J'sais même pas c'que c'est cette pièce, j'arrive pas à lire, monsieur ! », piailla-t-elle de sa voix aigüe.

S'il y avait une chose qui lui faisait bien plus peur que Lucifel, c'était certainement Lucifel avec une armée de ces créatures qui les avaient enfermés ici. Si elle avait retenu quelque chose, parmi la montagne de chose qu'il fallait qu'elle retienne, c'était qu'il fallait qu'elle se tienne à carreaux. Agresser le Prince était une très mauvaise idée, il fallait lui montrer qu'il était de haut rang et qu'elle le respectait...car les nobles étaient comme ça, qu'ils soient enfants ou adultes. Plus ils étaient de haut-rang, plus ils se plaisaient à croire qu'ils pouvaient jouer avec la vie des autres...et à Cloverfield, où le temps était incertain, Edward savait qu'elle devait d'autant plus faire attention.

« Pardon, Monsieur le Prince. Je suis la musaraigne...Ed Flat... »

Elle avait presque des dreadlocks car ne s'était presque jamais coiffé, ou même lavé les cheveux, ses dents avaient une couleur jaunâtre horrible, et je ne vous parle même pas de son haleine. Sous ses ongles, il y avait des traces de terre, de boue, d'autres choses encore et ses vêtements respiraient la transpiration.

« C'est que je travaille à l'extérieur, en fait...je viens de finir ma journée ! »

Ell attendait que Lucifel se recule pour qu'elle avance, pour qu'elle sorte de sous le bureau, mais le Prince ne semblait pas décidé à bouger.

« ...J'ai...j'ai fait une bêtise ? Vous n'allez pas me punir ? Je ne voulais pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


♣ ♣



MessageSujet: Re: A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A long winter is coming...so...get ready, assholes [PV Prince]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 08.02.10 - Avant première du clip Ready Or Not (I'm Coming)
» Republic Johnny Winter "Bluesman"
» Toverland+Movie-Park Germany+Phantasialand (long!)
» {long métrage} l'homme d'après
» The Long Blondes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unlucky Cloverfield :: • Vous grimpez les premières marches sinistres. :: Le bureau du directeur.-