Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]



 

Partagez | .
 

 Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alistair L. Knight

Chevalier Aristocratique
avatar
♣ Chevalier Aristocratique ♣


Rang : Chevalier
Totem : Epervier
Messages : 124
Age : 24
Pseudo : Versatile

Once upon a time
Âge du personnage: 16 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 1er septembre 1939

MessageSujet: Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]   Mar 23 Avr - 0:20

Le ruisseau fredonne, la bouche pleine de cailloux.


Il se demanda ce qu’il était venu faire là. Honnêtement, il n’était pas du genre à fuir le passé. Mais il n’avait pas particulièrement envie de s’y replonger non plus. Alors pourquoi ? Pourquoi se faire du mal ? Ce n’est pas comme s’il n’y pas déjà suffisamment d’évènements graves ou tristes à l’orphelinat. Chaque jour apportait son lot de souffrance. Quel intérêt avait-il à accroitre cette douleur ?

Aucun. Pourtant il était tout de même au bord du ruisseau.

L’air était frais, le vent sifflait dans les arbres, emportant quelques feuilles au passage. Le ciel était couvert. On pouvait apercevoir à travers la brume grisâtre un enchevêtrement de branches touffues et de buissons. L’eau clapotait doucement. Tout respirait le calme et la sérénité. Mais il se sentait tout sauf serein.

Les souvenirs remontèrent facilement à la surface. Tous ces moments qu’il avait soigneusement enfermés dans les tréfonds de son esprit, délivrés de leur chaine, s’imposèrent à lui. Elle. Elle lui manquait tellement. Il n’avait pas réussi à faire son deuil. Comment le pourrait-il ? Il se sentait responsable de sa mort, à elle, la pure et innocente fleur, celle que l’on voulait garder en serre pour la protéger de tout. Il la revoyait encore en train de se débattre contre le courant. Entrainée, emportée par les flots pourtant pas très violents, affaiblie par la maladie puis par cette baignade forcée.

Il aurait dû être plus rapide. Nager plus vite. La sortir de l’eau plus tôt. Peut-être qu’elle aurait survécu. Qui sait.

Il tourna le dos au ruisseau et se dirigea vers un des buissons. Il cassa une des fines branches et revint au bord de l’eau. Il retint ses larmes. Un homme ne pleura pas, qu’on lui avait toujours répété. Inspirant longuement, il jeta la tige dans l’eau et l’observa dériver à l’infini. Repose en paix, Lily. J’espère que là où tu es, tu es heureuse.

Plus jamais il n’entendrait le son de sa voix. Plus jamais elle ne lui raconterait les histoires de la Table ronde. Plus jamais il ne cueillerait de fleurs pour faire plaisir à sa sœur.

Il poussa un profond soupir. La nostalgie l’envahit. Il avait fait son possible pour ne jamais céder à cette émotion, mais là… Le ruisseau… Il n’aurait pas dû venir. Il passa une main dans ses cheveux décoiffés par le vent, tentant de les discipliner quelque peu. Sa sœur détestait quand il revenait de l’école complètement échevelé. Cette pensée le fit sourire, un peu. De toute façon, c’était soit ça, soit il s’effondrait en larmes. Et il ne pouvait se permettre de montrer la moindre faiblesse, dans cet jungle qu’est Cloverfield. Même quand on se croyait seul, il y avait toujours quelqu’un pour épier les faits et gestes. La délation était encouragée, ici. Et pas qu’un peu. Il jeta un dernier coup d’œil au ruisseau, et tourna les talons, prêt à rentrer, les yeux secs, comme toujours.

Il s’arrêta net.

Jezabel. Son cœur s’arrêta net avant de recommencer à battre un peu plus vite. Il était surpris de la voir ici. Dire qu’il se croyait seul dans ce lieu. Comme quoi, il avait eu raison de ne pas se laisser aller. Il l’observa discrètement, la blondeur de ses cheveux, curieux contraste dans l’ambiance morose de la forêt. Il se décida finalement à prendre la parole.

« Cela fait longtemps que vous êtes là, demoiselle Jezabel ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jezabel Bolton

Chevalier Royal
avatar
♣ Chevalier Royal ♣


Rang : Lower Class
Totem : Panthère Noire
Messages : 57
Age : 27
Pseudo : Edelia

Once upon a time
Âge du personnage: 15 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 18 mai 1941

MessageSujet: Re: Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]   Jeu 25 Avr - 23:47

Le temps était couvert. La brise flottait dans l'air comme une prophétie inachevée. Elle était assise sur le bord du ruisseau. L'eau coulait paisiblement. Elle sentait une certaine mélancolie dans l'air. Assise, telle une fée médiévale, elle peignait ses cheveux d'un petit peigne décoré de fleurs. Elle s'imaginait en damoiselle rêveuse, attendant un prince. Mais était elle en mesure de l'aimer, si il venait? Son cœur était comme anesthésié. Elle ne ressentait presque plus rien au niveau des émotions. Sa vie se résumait à ce rêve, à cette illusion de songe, de conte de fée. Elle en avait presque les larmes au yeux, de ce vide monumentale qui anéantissait son âme. Mais elle les retint. Elle se demandait bien pourquoi au final, elle aurait envie de pleurer. Sa seule envie demeurait dans ce conte réel, dans son amour et son admiration sans faille pour la royauté. Reprenant un air serein, elle observait l'onde fuyante.

« Quel message m'apporte tu du royaume, onde féerique ? »

Elle avait susurré ces paroles d'une voix sucrée. Sa mélancolie légère avait été vite oubliée. Elle avait l'impression de se retrouver dans La Morte del Artu, près du lac de Viviane, ou l'épée fut rendue à l'autre monde et ou Arthur fut mené sur l'embarcation de Morgane et de ses demoiselles. S'imaginant en Dame Elaine, ou Dame Guenièvre, elle se demandait si un événement allait se produire. Allait elle guider un chevalier sur une aventure ? Elle se mit à sourire. Elle était elle même chevalier, et au final, ce n'était pas si mal. Peut être qu'un jour elle sera noble. Elle l'espérait de tout cœur, même si le combat était devenue une sorte d'adrénaline nécessaire pour elle. Elle avait besoin de ça pour tenir, comme elle avait besoin de ces belles histoires de dames et de princes pour exister. Elle entendit quelqu'un venir. Elle reconnut Alistair. Une sorte de tendresse s'afficha sur son visage. Alistair demeurait parmi les rares orphelins a éveiller une réelle sympathie pour la demoiselle. Il y avait lui, et peut être Ed, bien qu'elle ne l'avouera jamais. Alistair lui ressemblait beaucoup. Il avait le même amour pour les histoires de chevalier qu'elle. Il était un vrai seigneur, d'une grande noblesse à ses yeux. Bien que l'on ne pouvait dire qu'elle était amoureuse, vu l'état de ses émotions en général, elle ressentait une sorte d'affinité, qu'elle se plaisait à transformer en amour courtois, afin de rester dans leur délire chevaleresque.

Il l'appela demoiselle. Elle était honoré de cette appellation qui la ramenait a une certaine notion de pureté. Bien que subissant de plein fouet les affres de son adolescence, elle aimait à s'imaginer en chaste vierge, demoiselle à la licorne portant la délicatesse en étendard. Bien sur, avec la puberté naissante, et ses petits jeux avec Zeke, et la séduction plus subtile du comte, elle était loin d'être un parangon d'innocence. Mais elle n'était pas une séductrice non plus, et étant quelque peu naïve elle risquait certaines déconvenues. Dans tous les cas, son épée la sauvera, du moins face a Ezekiel. Se levant avec noblesse, elle se rapprocha de lui. Ses yeux bleus brillaient d'un air chevaleresque. Elle tenait dans sa main une petite fleur blanche qu'elle avait cueillie récemment. Elle portait une robe blanche, au haut sans manche, avec une petite veste beige. Le bas de la robe était évasé, à la mode de l'époque. C'était une des robes qu'elle avait put emmener du domaine de sa tante. Elle était en tissu fin et délicat, et c'était pour elle une vraie fierté que d'exhiber des tenues de qualité. Étant issue d'un milieu favorisé, elle estimait avoir une chance inouïe, et portait fièrement des robes élégantes, le tout avec une ceinture ou était accrochée son épée. Celle ci demeurait à son côté droit, rappelant son statut de chevalier. Sur sa veste était brodé le trèfle jaune, rappelant à tous ceux qui la croiserait qui elle était.

« Cela fait quelques temps que je suis là, à contempler les lieux, messire Alistair »

Regardant la belle fleur blanche entre ses mains, elle plissa son regard, transformant celui ci en prunelles de biche. La biche est un animal très présent dans les contes médiévaux, pour sur.

« Ces lieux ont d'ailleurs prit une nuance plus lumineuse depuis votre arrivée. »

Elle tendit sa fleur blanche au chevalier. Sa voix douce chantonnait comme une mélodie. Elle aimait a jouer ce jeu, cela était si beau pour elle, bien plus beau que les horreurs de la guerre, et les couleurs fades de l'orphelinat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alistair L. Knight

Chevalier Aristocratique
avatar
♣ Chevalier Aristocratique ♣


Rang : Chevalier
Totem : Epervier
Messages : 124
Age : 24
Pseudo : Versatile

Once upon a time
Âge du personnage: 16 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 1er septembre 1939

MessageSujet: Re: Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]   Lun 29 Avr - 23:43

Messire. Elle l’appelait Messire. Ça semblait probablement suranné aux yeux des autres orphelins. Mais pour lui… non pour eux, ces titres revêtaient une dimension totalement différente. Tous deux empêtrés jusqu’au cou dans leur frénésie chevaleresque, ils se comprenaient et alimentaient le simulacre d’univers de l’autre. Il lui sourit. Il était heureux, au fond, de la voir. Déjà, la tristesse qu’il avait éprouvé commençait à s’évaporer. Il soupira légèrement. Il se souvenait de tous les contes qu’on lui racontait, avant. A quel point les Chevaliers courtisaient les nobles Dames. Pouvait-il se permettre de telles vues sur la jeune demoiselle ?

Il fit un pas vers Jezabel et prit la fleur, effleurant au passage ses doigts. Le geste n’avait pas été intentionnel, mais il ne regrettait pas pour autant. Il en aurait presque rougi. Presque. Mais un amant de rougit pas en présence de sa Dame : ce détail revenant toujours dans les récits, il s’y conforma sans difficulté. Ses joues gardèrent leur teinte claire, sans toutefois pâlir davantage. Baissant les yeux vers sa veste, il attacha délicatement la fleur à sa boutonnière. Gage d’amour ? Non, probablement pas. Mais il se plaisait à exhiber fièrement les couleurs de la demoiselle, au côté du trèfle jaune, symbole d’allégeance et de loyauté envers la Royauté. Et n’importe lequel des objets que pouvait lui donner la jeune fille revêtait une importance singulière à ses yeux.

« C’est toujours un plaisir de vous voir, Demoiselle. » murmura-t-il.

Ces mots ne lui étaient pas forcément destinés, mais ils sortirent presque contre sa volonté. Il appréciait particulièrement Jezabel. Il la respectait en tant que Chevalier, admirait sa loyauté et sa minutie. Et sa personne ne le laissait pas forcément de marbre. Etait-il amoureux ? Peut-être, peut-être pas. Il ne s’était jamais penché sur la question. Il appréciait sa compagnie, c’était certain.

« Il est rare que nous puissions nous rencontrer, sans que l’un d’entre nous ne soit obligé de partir. Il me faut avouer que nos conversations me manquent, Demoiselle. »

Là encore, il avait presque peur qu’un Remord débarque soudainement ou qu’un des Aristocrates ne vienne leur demander leurs services. Oh, ne vous méprenez pas, il serait prêt à tout pour la Rafined Class, sans hésitation. Mais il aimerait mieux qu’ils fassent leur demande à un autre moment. Ils ne se retrouvaient que peu. Déjà que ses relations avec le Comte et Ezekiel le mettaient mal à l’aise. Il se demandait où était sa place dans ce jeu étrange. En avait-il une, de place, d’abord ? Ou n’existait-il que lorsqu’elle posait ses yeux bleus sur lui ? Peut-être l’oubliait-elle dès qu’il partait. Il ne savait que penser.

« Mais j’ai entendu que vous étiez très occupée avec le Comte et son Valet. »

Il détourna le regard. Abruti, qu’est-ce qui te prend de faire une scène de jalousie alors que vous pourriez discuter tranquillement ?! En plus, il n’était même pas sûr que ce soit réellement de la jalousie. Ressentait-il une amitié sincère ou un amour pur ? Ah, qu’importe. Ce n’était pas vraiment le moment de débattre sur ses états d’âme. Il fallait plutôt qu’il s’arrange pour qu’elle ne soit pas fâchée. Il fit quelques pas vers le ruisseau, avant de se tourner et de lui faire à nouveau face, un léger sourire d'excuse aux lèvres.

« Ah, qu’importe, ce ne sont pas mes affaires. Vous êtes libre de faire ce que vous voulez, bien sûr. Dites-moi plutôt, que nous vaut l’honneur de votre visite en ces lieux ? Le ruisseau se languissait de votre absence. »

Et moi aussi, se retint-il d'ajouter. Il la fixa d'un regard intense, cherchant le moindre indice de déplaisir ou de satisfaction qu'il pourrait déceler sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


♣ ♣



MessageSujet: Re: Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut être hardi pour devenir heureux [Jezabel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ce qu'il ne faut pas oublier pour Bercy...
» Bruce le 29 juin 2013 - A quelle heure faut-il arriver pour être devant la scène ??
» Il faut une fleur pour faire le monde
» Quel plug faut-il utiliser pour faire un "effet" radio ?
» [RCT3] Quel logiciel faut-il pour prendre des photos et videos sur rct3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unlucky Cloverfield :: • Au bout du chemin se trouve Cloverfield. :: La forêt. :: Le ruisseau.-