Lune Walker



 

Partagez | .
 

 Lune Walker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Levy Bridges

avatar
♣ ♣


Rang : 4
Totem : Shiba Inu
Messages : 57
Age : 19
Pseudo : Shemsy

Once upon a time
Âge du personnage: 14 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 6 janviers 1928

MessageSujet: Lune Walker    Jeu 28 Mar - 18:34

PREDEF


Lune Walker
"Iri Flina ( petite ) | Sword Girl"



▬ ÂGE : 12 ans
▬ DATE DE NAISSANCE : 18 avril 1929
▬ CATÉGORIE : Orphan
▬ RANG : 7
▬ DATE D’ARRIVÉE A CLOVERFIELD : 11 Mai 1941
▬ PÉCHÉ MORTEL : Envie
▬ TOTEM : Souris



I will do you harm.
"Ce n'est pas pour rien que le totem de la souris m'a été attribuée. Je suis aussi discrète et peureuse qu'elle."


Si Lune devait être décrit en un mot, ce serait : peureuse. En effet, la jeune fille se montre avant tout très effrayée par tout ce qui l’entoure. On ne peut pas dire que l’Orphelinat soit très rassurant non plus, mais il y a tout de même des limites. Limites qu’elle a depuis longtemps dépassé. Le moindre bruit suspect, le moindre silence trop pesant, le moindre objet suspect pourrait lui donner une crise cardiaque. Il suffit qu’un enfant arrive par derrière et lui fasse « bouh » pour qu’elle hurle à vous en déchirer les tympans en s’enfuyant à toutes jambes. Bon, j’exagère peut-être un peu, mais c’est à peu près la réaction qu’elle aura. Emotive ? Oui, totalement. Toutes ses émotions et ses ressentis sont multipliés par dix, que ce soit la peur, la tristesse, la joie, ou même l’amitié et la haine. Il faut bien choisir ses mots avant de lui parler, il faut bien choisir ses mouvements avant de bouger, car elle ne loupera aucuns détails de votre comportement et les interprétera à tous les coups, que ce soit de la bonne ou la mauvaise manière. C’est un petit détail chez elle qui l’a rendue également assez observatrice, elle s’est habituée à noter tous les détails d’un décor et de remarquer dès que quelque chose n’est pas à sa place. Voilà qui en rajoute à sa paranoïa, car c’est justement avec un objet qui a changé de place qu’elle imaginera tout de suite que ce serait l’œuvre d’un fantôme et non pas d’un enfant. Heureusement, elle parvient à se maîtriser de ce côté-là.

Autrement, la fillette se montre assez douce, et sûrement trop gentille. Car même après avoir été battue par un enfant qui voulait se défouler, elle serait prête à lui tendre la main si jamais il avait un problème et qu’elle pouvait l’aider. Manque de caractère ? Oui, totalement. Le peu des amis qu’elle a lui répètent sans cesse que sa gentillesse et que son manque de caractère la perdront un jour. Elle les écoute, mais elle n’essaye pas de changer pour autant. Elle a toujours été ainsi, et ne voit pas à quoi cela lui servirait de changer. Et puis, il n’y a pas que ces points de sa personnalités qui la perdront un jour d’ailleurs : sa maladresse pourrait également y jouer son rôle. Eh oui, c’est que l’orpheline est vraiment très maladroite. Ce n’est pas très étonnant de la voir trébucher alors que le sol était plat, ou de faire tomber quelque chose juste un bougeant un bras. Certains mettent cela sur le compte de sa fatigue et de ses blessures, d’autres sur son côté un peu tête en l’air. Mais ces défauts ne la rendent-elles pas attachante ?

Malgré son aspect naïf et doux, n’espérez pas trop obtenir sa confiance rapidement. Même si elle s’attache rapidement aux gens, elle n’ouvre totalement à autrui que si elle est sûre de ne pas faire un mauvais choix : elle ne tient pas à souffrir d’une trahison ou d’une perte qu’elle aurait pu facilement éviter. De ce fait, elle se montre d’abord très méfiante derrière un sourire innocent et un caractère tranquille, à l’affût du moindre signe qui pourrait tromper son camarade et mettre à jour ses véritables intentions.
Et, si vous parvenez à faire en sorte que l’orpheline s’attache réellement à vous, vous pourrez la découvrir sous un tout autre angle. Elle n’en deviendra que plus souriante, et surtout plus joueuse. Car comme tout enfant qui se respecte, elle adore jouer. Avec des peluches, aux jeux de société, au Loup… Tout ce qui la distrait dans ce sens lui plaît. Prenez gardes cependant, car elle est très mauvaise perdante. Vous pourriez en baver pendant une journée entière, bien qu’au suivant elle aura déjà tout oublié de cet « incident ». A par cela, elle possède un côté très protecteur et loyal, elle ne laisserait jamais tomber un proche, même si cela devait lui coûter de nombreuses blessures. Après tout, elle a l’habitude de souffrir en ce sens, alors un coup de plus ou de moins, quelle importance se dit-elle.
De même, elle apprécie beaucoup le contact physique avec autrui. J’entends par là se faire des câlins, se tenir la main,… Bien qu’elle n’agirait jamais de la sorte avec une connaissance ou un inconnu –elle serait beaucoup trop gênée-, l’idée de passer du temps coller à un ami serait une perspective à ses yeux très envisageable. Par exemple, le simple fait de lui frotter la tête quand elle se sent mal pourrait l’apaiser et la réconforter.

Et pourtant, il ne serait pas rare de la voir seule. Non seulement parce que son rang la rend peu fréquentable, mais en plus parce que c’est une solitaire dans l’âme, au fond. La retrouver dans l’église, perdue dans ses pensées, n’est pas quelque chose de très surprenant. En fait, le plus surprenant est qu’elle ne soit pas déjà enfuie de là-bas à cause des grincements provoqués par le bâtiment, qui d’ordinaire l’auraient effrayée…

Oh et puis, j'ai bien failli d'oublier de vous préciser quelque chose à propos de Lune. Elle est... "muette". Pas totalement, car elle pourrait parler si l'envie lui prenait. Mais justement, l'envie n'est pas là. Elle ne parle presque plus depuis la mort de ses parents, les seuls mots qu'elle accepte de prononcer de temps à autre sont "désolée", "merci", et d'autres de ce genre. Si elle vous a juste dit cela, considérez vous comme chanceux, car c'est une manière à elle de dire qu'elle vous aime bien.
Bref, ce mutisme est volontaire de la part de la jeune fille, et c'est seulement quand elle désire parler qu'elle parle, et pas autrement. La plupart du temps, vous vous trouverez devant une fille muette qui se contentera de vous écouter et de vous répondre par des signes de têtes, ou de faire comprendre ce qu'elle pense par des expressions sur son visage ou des gestes. En ce sens, elle se montre très expressive, d'ailleurs.


I will break my arm.
"Le jour où je serais aussi respectée que la Royauté ou l'Aristocratie, le jour où je serais aussi effrayante que les monstres, il neigera du sang. Autrement dit : impossible."

Un simple petit questionnaire pour mieux connaître votre personnage et son sentiment sur la vie à l'orphelinat.
  • Que pensez-vous de la Royauté ? Lune, c'est simple, elle admire la Royauté, elle les envie. Elle aimerait être chouchoutée comme eux, elle aimerait pouvoir donner des ordres à tous les enfants de l'Orphelinat, et être respectée. Mais elle sait que c'est impossible. Alors elle reste à sa place, elle s'incline quand elle les voit passer, elle leur parle respectueusement... Elle ne sort pas du lot, en somme.

  • Que pensez-vous de l'Aristocratie ? L’Aristocratie fait à peu près le même effet que la Royauté sur Lune. Si elle ne va pas jusqu'à s'incliner également devant eux, il suffit qu'elle en aperçoive un qui l'impressionne un peu trop ou qui a l'air de mauvaise humeur pour qu'elle se fasse toute petite, aussi discrète qu'une souris. Encore une fois, elle se montre polie, elle ne cherche pas à les impressionner, pas plus qu'à passer pour une idiote à leurs yeux. Elle veut juste les regarder de loin, sans qu'on la remarque.

  • Quel est votre sentiments sur Le Sycophante et les Remords ? Ce n'est pas bien compliqué de deviner ce que Lune pense du Sycophante et des Remords : elle en est terrifiée, littéralement. Elle n'en a jamais croisé et prie pour que cela n'arrive jamais. Et pour cela, elle se montre docile, toute gentille, elle accomplie ses tâches du mieux qu'elle peut et ne dit rien de méchant sur les enfants de la Royauté et de l'Aristocratie. Et elle évite de traîner avec ceux qui sont contre eux. Oh, elle ne l'aurait pas fait non plus sans ces monstres. Mais elle fait encore plus attention en se sachant peut-être observée.

  • Quel est l'investissement de votre personnage dans la course aux privilèges ? On ne peut pas dire que Lune s'investisse beaucoup de la course aux privilèges. Certes, il lui arrive de faire des efforts, simplement pour être mieux traitée par les autres enfants. Mais sinon, il faut avouer qu'elle s'en fiche un peu. Même s'il faut avouer qu'elle se doit d'avoir l'air motivée lorsqu'on lui en parle, simplement pour faire bonne impression et ne pas tomber plus bas qu'elle ne l'est déjà... Si cela est possible, du moins.


I'm a victim of your charm.
"Mon passé ? Enfoui tout au fond de ma mémoire."



Souvenir I - 18 Avril 1929

C'était une belle nuit de printemps, avec un ciel dégagé et une magnifique pleine lune. Les lumières de l'Hôpital de Londres brillaient comme des torches dans l'obscurité. Les médecins et infirmiers se pressaient dans le bâtiment. L'un d'eux entra dans une pièce d'où émanait des cris à vous déchirer les tympans, et il retint une furieuse envie de se boucher les oreilles. Il avait des cheveux bruns en bataille, courts, et de grands yeux bleus pâles. Il tenait entre ses mains quelques papiers administratifs, et portait, comme tous les employés, une longue blouse blanche au dessus de ses vêtements. En pénétrant dans la pièce, il aperçut une jeune femme allongée sur le lit, qui tentait d'apaiser les pleurs de son bébé, tout juste né. Un sourire apaisant fendit son visage en deux, et il s'approcha de la nouvelle mère pour lui déposer un baiser sur le front, dégageant au passage quelques mèches de ses longs cheveux blonds. Il observa quelques instants les yeux noisettes de sa femme, puis brisa le silence d'une voix emplie de bonheur.

- Alors, tu as trouvé à nom pour notre adorable petite fille ? demanda-t-il

La jeune femme attendit un instant. Elle porta son regard vers le ciel de cette nuit étoilée, visible grâce à la fenêtre et les rideaux encore ouverts. Elle contempla longuement ce paysage nocturne, avant de déclarer avec douceur :

- Lune.... Oui, Lune sera parfait. N'est-ce pas, Lune ?

Le bébé poussait encore quelques cris plaintifs, mais ses pleurs avaient cessé. Elle regarda sa mère d'un air endormie, encore incapable de comprendre ces paroles. Ce fut finalement le père qui répondit à la jeune femme, avec un large sourire.

-Oui, parfait...

En cette nuit, cette belle nuit d'avril, j'étais née.[/spoiler]





Souvenir II - 9 Avril 1941


Je toussais. Ma vue se brouillait.
La maison était en feu.

Tout autour de moi, je voyais des flammes lécher les meubles en bois et les murs. De la fumée s’infiltrait dans mes poumons, me piquaient les yeux. J’étais agenouillée par terre, pleurant toutes les larmes de mon corps. En face de moi, des décombres recouvraient deux corps consumés par les flammes. Mon père, et ma mère.
Il y avait pourtant quelques secondes, nous étions en train de chercher une sortie pour échapper à ce désastre. Puis tout s’était passé très vite. J’avais senti quelqu’un me pousser, j’étais tombée par terre. Quelques secondes plus tard, un bruit assourdissant avait retenti. Et en me retournant, mes parents avaient laissé place à ces poutres morcelées. Une douleur fulgurante me saisit dans l’œil gauche. J’avais l’impression qu’on l’avait marqué au fer rouge. Une main posée sur ma paupière close, une autre tenant mon doudou, un lapin assez gros nommé Bunny, je tentais de me relever. Mes jambes tremblèrent, et des convulsions se propagèrent dans tout mon corps. Je m’écroulais. J’étais incapable de tenir debout, d’échapper au feu, d’abandonner ma mère et mon père ici. Je me souvenais encore des bons moments passés avec eux, des parties de jeux avec ma mère, des discussions enrichissantes avec mon père. Nous n’avions fait que laisser la cheminée sans surveillance pendant quelques instants, et nous en étions là… Comment était-ce possible ?

J’entendis un bruit suraigu. Des sirènes. Celles des pompiers, sûrement. Mais c’était trop tard. Ils étaient déjà morts. Je ne pourrais plus jamais leur parler, ni leur faire de câlins, ni jouer avec eux… Je le savais mais j’étais incapable d’adhérer à cette pensée. Tout mon esprit était secoué, comme le serait une feuille d’arbre en pleine tempête. J’étais totalement chamboulée.
Des cris retentirent, des voix graves et puissantes. Je tanguais, j’étais sur le point de tomber. J’avais perdu toute notion du temps, toute notion de l’espace. Le décor tournait autour de moi. Je rassemblais pourtant mes dernières forces pour me lever. Allez…, pensais-je.... Je ne pouvais pas finir ici. Jamais mes parents ne m’auraient souhaité cela. Ils ne s’étaient pas sacrifiés pour me voir mourir après. Ce n’était que des arguments pour me convaincre de continuer de me battre. Des arguments peu convaincants. J’étais seule maintenant, je le serais jusqu’à la fin de ma vie. Jamais je n’accepterais de nouvelles familles, jamais je n’accepterais de savoir mes parents réellement morts. C’était impossible. Nous avions une vie si paisible, si normale… Nous n’avions rien fait de mal. Alors pourquoi nous ?

J’avançais, un pas après l’autre. Lentement. J’étais prête à m’écrouler d’un instant à l’autre. Mais je ne baissais pas les bras. Les yeux pleins de larmes, je me guidais comme je pouvais vers la bibliothèque. C’était la salle la plus proche, et la seule qui n’était pas encore totalement ravagée par les flammes. Je pourrais peut-être m’enfuir par la fenêtre. Même si j’étais au premier étage, je pourrais passer par là. Ou appeler au secours. Il fallait que je sorte d’ici, c’était tout ce qui comptait…
J’arrivais dans la pièce, titubante. Encore quelques mètres… Et après un effort interminable, j’arrivais près de la fenêtre. Je mis longtemps avant de parvenir à l’ouvrir. Mes mains tremblaient, ma vue était floue. Mais je réussis finalement à le faire, et je passais ma tête par la porte. Je pris une grande bouffée d’air pure. Cela faisait du bien. Mais ce n’était pas suffisant pour me permettre de crier, de demander à l’aide. Mes jambes me lâchèrent, et je tombais lourdement sur le parquer. Seuls mes bras me permettaient de garder ma tête un peu en dehors. J’étais essoufflée. J’avais beau hurler de toutes mes forces, aucun son ne sortait. Je plissais les yeux. Tout devenait peu à peu noir. Je ne sentais presque plus la douleur dans mon œil. Juste avant de perdre conscience, j’entendais une voix étouffée, dont je ne compris pas la signification.
Je m’écroulais sur le sol.





Souvenir III - 11 Mai 1941

- Allons Lune, dis bonjour au gentil jardinier.

Je tournais ostensiblement la tête, bien décidée à rester muette encore un bon petit bout de temps. Je pouvais être sacrément butée quand je m’y mettais, et l’homme qui venait de m’interpeller en faisait les frais.

- Excusez-là, perdre ses parents n’a pas été facile Reprit-il un peu gênée par mon manque de politesse total
- C’est rien m’sieur. Les enfants sont toujours comme ça au début.

Les deux adultes continuèrent à discuter encore un peu, de mon intègrement ici et des papiers administratifs qu’il restait à signer. Je ne les écoutais absolument pas, trouvant plus intéressant de détailler un peu le jardinier. C’était un grand monsieur robuste et imposant, avec des cheveux noirs, cachés sous un béret, et de petits yeux vert d'eau. Il portait un pantalon vert et un long manteau beige, le tout assez sale et mal entretenu. Il avait le dos un peu courbé, sûrement parce que la pelle qu'il utilisait était beaucoup trop petite pour lui. Cela lui donnait un air bourrin, mais en observant son sourire un poil niais sous sa fine barbe, je devinais qu’il ne devait pas être bien méchant au fond. Peut-être juste un peu maladroit dans sa façon de se tenir. En somme, c’était le total opposé de l’homme qui m’avait conduit jusqu’ici. Ce dernier était apparemment un vieil ami de la famille. C’était le genre de personne qui était toujours habillé d’un smoking et d’une cravate, avec la petite valise de travail sobre qui allait avec. Il avait le crâne presque totalement rasé, à moins que ce ne soit ses cheveux qui tombaient à cause de son âge avancé. Je ne sentais pas, à dire vrai. Il parlait bien trop poliment pour être sincère, je ne lui faisais pas confiance. A moins que ce ne soit une fois de plus ma paranoïa qui venait me jouer quelques tours. En fait, la seule chose jolie que je lui trouvais était ses yeux. Ses magnifiques yeux bleus clairs… Les mêmes que ceux de mon père, quoi qu’un peu plus foncé.
Mon père. Et ma mère. Ils étaient morts.
Et j’avais survécu.
Pourquoi moi et pas eux ? La vie était tellement triste sans eux.

Je me souvenais avoir passé au moins trois semaines dans un hôpital, le temps de soigner mes blessures. Enfin, ma blessure plutôt. Les médecins me disaient que c’était un miracle que je n’ai pas été brûlé plus que ça, d’ailleurs. A croire que cela les aurait arrangé. Mais je reconnaissais avoir été chanceuse : j’aurais pu perdre la vue. En effet, mon œil gauche avait été sérieusement touché, par les flammes et une des poutres qui étaient tombées du plafond, et à présent une fine cicatrice le parcourait de long en large, et il avait pris une teinte étrangement rosée. C’était hideux. Alors j’avais demandé à garder mon gros pansement par-dessus, et j’avais même laissé pousser une mèche de cheveux pour le cacher un peu mieux. De cette façon, on verra moins mon bandage, et on me poserait moins de questions à ce sujet.
Je ne voulais pas qu’on m’en parle. Je ne voulais plus penser à tout ce qui s’était passé. C’était dur d’oublier, le moindre détail pouvait me rappeler mon père ou ma mère. Pourtant, à force de vouloir si ardemment abandonner ces souvenirs, je parvenais à effacer peu à peu mon passé. Comme si rien de tout cela ne s’était passé. Comme si ma vie avait débuté cette après-midi à l’hôpital, alors que je me réveillais…

- Bon, Lune, je vais te laisser à présent. Il faut que je remplisse et que je signe encore quelques papiers pour finaliser ton intégration ici, puis je partirais travailler. Mais ne t’inquiète pas, je reviendrais te voir de temps à autre pour m’assurer que tu vas bien.

C’était cet homme, dont j’ignorais même le nom, qui avait payé les frais de l’hôpital. Et qui s’apprêtait à m’inscrire à cet Orphelinat. Je n’en avais aucune envie, moi. Pas plus que de trouver une nouvelle famille… Je ne voulais pas d’une nouvelle famille, pas plus que de nouveaux amis ou un nouveau foyer. Je voulais juste être seule. Je n’étais pas encore prête à tout reconstruire… C’était bien trop tôt pour moi. Je n’avais cependant nulle part où aller. Alors je supposais que je n’avais pas le choix, si je désirais vivre un peu plus longtemps. Même si dire que je n’avais pas pensé au suicide aurait été mentir, d’ailleurs…

- Gregory va te conduire aux autres enfants, d’accord ? dit-il en désignant du menton le jardinier

Je hochais la tête d’un signe positif. Cet ancien ami à mes parents m’énervait un peu, au fond. Il me parlait comme si j’étais une gamine, ou pire, une attardée mentale. Comme s’il prenait soin d’articuler chacun de ses mots pour que je le comprenne. Je n’étais pas stupide. Pas plus que je n’étais folle. Je venais juste de perdre mes parents, alors quoi de plus normal que d’en être affectée et de refuser de parler. Le monsieur s’éloigna d’un pas rapide, après m’avoir fait un dernier au revoir. Je lui avais répondu d’un simple signe de la main.
Je serrais mon lapin en peluche dans mes bras, un peu stressée à l’idée de découvrir de nouvelles têtes qui me regarderaient avec curiosité, et me poseraient pleins de questions sur ma vie. La vie sociale et moi, nous étions très éloignés ces temps-ci…

- Grégory, c’est moi donc. Ça fait quelques temps que je suis ici, alors si tu as besoin d'aide, hésites pas à venir me voir. Fais juste attention, y'a des p'tits un peu bizarres quand même, mais ils mordent pas.

Je compris assez rapidement qu’il essayait juste de me mettre à l’aise en disant cela, même si cela restait assez maladroit. C’était gentil. Mais sa tentative avait lamentablement échouée, j’étais toujours aussi anxieuse à l’idée de vivre ici à présent. Je lui adressais juste un petit sourire, par politesse. Je n’étais pas ingrate non plus.
Le jardinier commença à marcher en direction du bâtiment, et je le suivais presque en trottinant. C’est qu’il avait de grandes foulées, lui. Nous arrivâmes assez vite dans ce qui semblait être la cour intérieure. Je la détaillais d’un coup d’œil rapide, et ne tardait pas à la cataloguer dans les lieux à éviter. Ici, nous étions observés bien trop aisément. Toutes les fenêtres, ou presque, donnaient sur cet endroit, et il serait facile de m’espionner si je m’arrêtais là. Et je détestais être observée, surtout si c’était à mon insu.

Gregory poussa la porte, qui lâcha un grincement sinistre. L’Orphelinat était soit mal entretenu, soit en ruine. Dans les deux cas, je n’aimais pas trop cela. C’était dans ce genre de décors que se passaient les choses les plus insolites.
Des enfants courraient bruyamment dans le hall d’entrée, le sourire aux lèvres. Certains restaient en retrait, la mine désespérée. D’autres encore s’amusaient en silence avec quelques jeux de société ou avec des peluches et des poupées. Il y avait tellement de monde, et en même temps, tout était tellement… vide. Je ne parvenais pas à décrire correctement cette ambiance. Ah, si. Malsaine… C’était le bon terme pour définir l’atmosphère de cette salle. Peut-être pas seulement de cette salle d’ailleurs, mais plutôt de tout l’Orphelinat. Non… je devenais sûrement encore trop paranoïa, c’était certainement le stress qui me faisait cet effet.
Je croisais le regard sombre d’un des enfants, et sentis un frisson parcourir mon dos.
Non, je n’aimais pas cet endroit.

- Bienvenue à Cloverfield, petite.




Pseudo.
"Bunny ? C'est moi ♪"



▬ Âge : 15 ans
▬ Sexe : Fille
▬ Double compte ? Non
▬ Comment avez vous connu le forum ? Partenaire ♪
▬ Qu'en pensez vous ? Voyez vous des améliorations à apporter ? Hm.. Je n'y ai pas vraiment réfléchi, mais je trouve que le forum est déjà très bien ^^
▬ Autre chose ? Nothing ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levy Bridges

avatar
♣ ♣


Rang : 4
Totem : Shiba Inu
Messages : 57
Age : 19
Pseudo : Shemsy

Once upon a time
Âge du personnage: 14 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 6 janviers 1928

MessageSujet: Re: Lune Walker    Ven 29 Mar - 18:20

Tout d'abord, désolée du double-post !

Ensuite, je vous préviens que j'ai fini ma fiche ! Donc si je dois changer/rajouter/enlever des choses, n'hésitez pas à me le dire, et dites-moi si quelque chose ne va pas, je reste ouverte aux critiques ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Gillespie

Lucifel's Bitch
avatar
♣ Lucifel's Bitch ♣


Rang : Baron
Totem : Merle
Messages : 381
Age : 24
Pseudo : Nynh

Once upon a time
Âge du personnage: 15 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 12 mai 1934.

MessageSujet: Re: Lune Walker    Ven 29 Mar - 19:26

Bonjour et bienvenue, je suis ravi de voir une nouvelle fiche aussi bien écrite ! ♥

Je voulais juste te signaler que j'ai lu et vu ta fiche. Il y a juste un point qui me pose problème mais je dois en discuter avec Lucifel avant de t'en parler ou de te valider. Ça devrait se faire dans la soirée et demain au plus tard, donc patience et pas d'inquiétude.

En attendant je t'envoie des cœurs, j'espère pouvoir te valider au plus vite ! ♥♥♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levy Bridges

avatar
♣ ♣


Rang : 4
Totem : Shiba Inu
Messages : 57
Age : 19
Pseudo : Shemsy

Once upon a time
Âge du personnage: 14 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 6 janviers 1928

MessageSujet: Re: Lune Walker    Ven 29 Mar - 22:03

Merciii ♥♥

Un point qui pose problème ? Je suis curieuse de savoir lequel est-ce, mais bon, je vais mettre ma curiosité de côté et attendre demain pour voir ce que c'est, et si je dois modifier ou non. Merci de me prévenir en tout cas ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Gillespie

Lucifel's Bitch
avatar
♣ Lucifel's Bitch ♣


Rang : Baron
Totem : Merle
Messages : 381
Age : 24
Pseudo : Nynh

Once upon a time
Âge du personnage: 15 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 12 mai 1934.

MessageSujet: Re: Lune Walker    Sam 30 Mar - 0:29

C'est quant au jardinier, en fait, il y en a eu un (qui est plus ou moins défini) et du coup je me demandais dans quelle mesure le tiens pouvait correspondre à celui du forum. (ce n'est précisé nulle part, je sais x_x)
Mais promis on fait ça rapidement.

edit ; donc, verdict ! Il faudrait que tu modifies en trois points le jardinier de ton histoire ! Le jardinier d'UC s'appelle Gregory Wilson, travaillait à Cloverfield depuis un moment et — à titre indicatif — ressemblait à ça : clique ici !

Dès que tu as fait les modifications, je te valide, promis juré !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levy Bridges

avatar
♣ ♣


Rang : 4
Totem : Shiba Inu
Messages : 57
Age : 19
Pseudo : Shemsy

Once upon a time
Âge du personnage: 14 ans
Date d'arrivée à Cloverfield: 6 janviers 1928

MessageSujet: Re: Lune Walker    Sam 30 Mar - 10:26

Ah, c'était donc ça ! J'avoue que moi-même j'avais hésité à dire que le jardinier était Gregory, mais que je ne l'avais pas fait parce que je n'avais aucune information sur lui.

Voilà voilà, j'ai modifié tout cela !
Mais dis donc, il fait un peu peur, le Gregory x')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albert Gillespie

Lucifel's Bitch
avatar
♣ Lucifel's Bitch ♣


Rang : Baron
Totem : Merle
Messages : 381
Age : 24
Pseudo : Nynh

Once upon a time
Âge du personnage: 15 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 12 mai 1934.

MessageSujet: Re: Lune Walker    Sam 30 Mar - 10:58

Eh oui ce n'était que ça, je suis désolé que ça ait retardé ta validation. Haha oui, il a une tête de joyeux camarade, je trouve aussi !

Dans tous les cas...

Tu es donc valid(é)~

Si le cœur t'en dis, tu peux poster une fiche de relations pour Lune ici, demander un rp et poster la participation de Lune au couronnement de la nouvelle princesse ! Tu peux aussi faire un tour sur le topic de l'intrigue principale pour te renseigner un peu sur la chasse aux feuilles ♥ N'oublie pas d'envoyer la (les) bêtises/hontes de Lune au Sycophante~ !
N'oublie pas de poster les formulaires correspondants dans le bottin des avatar, les postes à pourvoir et la liste des totems pour réserver ton avatar, ton travail à Cloverfield et ton totem !

Bon jeu ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


♣ ♣



MessageSujet: Re: Lune Walker    

Revenir en haut Aller en bas
 

Lune Walker

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Scott Walker
» Le Voyage dans la Lune (opéra-féerie)
» BILLY WALKER
» Alan Walker: "La mort de Franz Liszt"
» Mort de Philip Walker

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unlucky Cloverfield :: • With crooked children. :: Registres. :: Le placard.-