Camille ❝moroseness of the hummingbird❞



 

Partagez | .
 

 Camille ❝moroseness of the hummingbird❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


♣ Invité ♣



MessageSujet: Camille ❝moroseness of the hummingbird❞   Mar 6 Nov - 18:21

PREDEF


Camille Berkley
"Feat. Oliver de Vocaloid"




▬ ÂGE : 13 ans
▬ DATE DE NAISSANCE : 4 Novembre 1928
▬ CATÉGORIE : Orphan
▬ RANG : 7 il viens d’arriver
▬ DATE D’ARRIVÉE A CLOVERFIELD : 3 Décembre 1941.
▬ PÉCHÉ MORTEL : Gourmandise
▬ TOTEM : Colibri



I dare you to catch me.
"Raspberry, raspberry, raspberry !"

À première vue, Camille ressemble à n'importe quel gamin renfermé et légèrement dépressif. Sauf que la réalité est tout autre. Contrairement à beaucoup il ne s'agit pas d'un masque qu'il se donnerait, bien qu'il soit de nature, méfiant. C'est simplement son visage de tous les jours, lorsqu'il est détendu. Cette face de déterré lui vient d'une part du fait qu'il dort très peu, et d'autre part de ce que la vie lui a légué comme principe : un visage neutre permet de ne pas se faire remarquer.

Camille hésite beaucoup lorsqu'il parle, pas pour cause de timidité, mais simplement que l'anglais n'est pas sa langue natale, et bien qu'il se soit acclimaté de manière tout à fait remarquable à la langue, il doit toujours réfléchir un petit peu. Il est important de préciser que tous les mots qui sont de l'ordre du soutenue lui sont assez inconnus. Bien que la famille qui l'hébergeait fût assez aisée, il n'est pas resté assez longtemps pour découvrir une masse importante de ce style de mots. Il pourrait aussi être considéré comme un enfant calme, car il n'est pas colérique et reste pendant ses heures libres, à contempler des choses paraissant sans importance.

Là encore c'est une erreur, ses contemplations sont en réalité des recherches intenses, car il s'agit d'un enfant très curieux, qui adore découvrir et apprendre. Par ailleurs lorsqu'il est en compagnie d'autrui il aime jouer et est assez vivace sur ce point-là. En ce qui concerne son côté pacifiste, sachez que la seule raison pour laquelle il ne semble pas colérique est que sa colère justement, est souvent très froide et méthodique. Pour se faire comprendre, pas besoin de hausser le ton, parler sèchement et avec un regard noir suffit amplement. D'ailleurs il est rancunier, mais d'un genre passif : si vous lui causez problème, lorsque vous aurez des difficultés il feindra l'ignorance ou vous regardera sans émotions vous enfoncer dans vos soucis. Il est assez méprisant envers toute personne approuvant le dictat instauré dans cet orphelinat, et absolument charmant avec le reste des orphelins.

Lorsqu'il est en compagnie de personnes qu'il juge amicales, il agit joyeusement et parfois taquine -dans le bon sens du terme. Il se trouve même être serviable. Cependant ne vous attendez pas à ce qu'il vous défende si vous n'êtes pas extrêmement proche de lui ; il est individualiste : vos querelles ne le regardent pas. Il n'aime pas prendre position contre son gré, mais ne cache pas ses pensées. Loin d'être hypocrite, il possède une franchise raisonnée : plutôt que de mentir, il préfère se taire, ou éviter le sujet. Bien qu'il ait un mal fou à montrer son affection aux personnes qu'il apprécie énormément, il est assez possessif et rapidement jaloux, même s'il ne se l'avouera jamais lui-même.

Une dernière chose : il semblerait qu'il ne soit pas très chanceux et en plus maladroit : la preuve il se blesse souvent. Pourtant cette maladresse n'a pas lieu lorsqu'il effectue son « travail » de coiffeur. Il est assez agile en fait, quand ce qu'il fait requiert de la minutie.


When you fall…
…its endless.

  • Que pensez-vous de la Royauté ? C'est simplement une bande d'avortons sadiques qui passent leurs journées à gazouiller généreusement et se planter de petits couteaux dans le dos. Sinon je n'en ai strictement rien à faire d'eux. Loin de moi l'idée de me rebeller, je les ignore juste. J'évite au maximum de les déranger, mais je ne vais pas jouer l'hypocrite non plus, ce n'est pas dans mes habitudes.
  • Que pensez-vous de l'Aristocratie ? Je me demande comment ils font. C'est clair que je ne souhaiterais pour rien au monde être à leur place. La fonction "de petits chiens de sa majesté" je le laisse volontiers à d'autre. À vrai dire je les trouve pitoyable, tous autant qu'ils sont, si au moins il y en avait un pour relever le lot, mais non. Je suis presque sûr que le fait que la majorité d'entre eux soient des frustrés viens du fait qu'ils ont pleinement conscience de leur médiocrité.
  • Quel est votre sentiments sur Le Sycophante et les Remords ?Je n'en pense rien, ils ne me font pas peur, ce ne sont que des monstres après tout, les humains sont bien pires entre eux. Si ça se trouve, ils vivent ici depuis longtemps et ne se sont manifestés que maintenant, peut-être que nous sommes les intrus ici.
  • Quel est l'investissement de votre personnage dans la course aux privilèges ? Déjà, faire partie de la lower class n'est pas dans ses projets, jamais. Bien entendue s'il est absolument obligé... monter quelques grades lui irait bien pour avoir la paix, mais pas trop, les rangs 1 et 2 lui semble assez dangereux en vérité. Le mieux pour lui est bien sûr de faire partie de la raffined class, là au moins on est tranquille, et s'il devais en faire partie...eh bien, il serait certainement le premier de cette stature à ne pas abuser de son pouvoir, sauf pour se protéger. Bien que la manière la plus sûr pour cela serait de renverser le pouvoir en place...


Just another child
“when you don’t know what to do : run”

Camille, c'était simplement Camille. Il n'avait pas d'autres identités jusqu'à l'année de ses douze ans, lorsqu'il trouva refuge en Angleterre, chez la famille Berkeley. C'est à partir de ce moment-là qu'il se construisit un présent. Avant ? C'était la guerre avant, enfin, vous savez bien...

Il s'était réveillé dans un lit douillet, le regard effaré, le front plissé sous l'effort. Il essayait de se souvenir mais...rien. À part son prénom, Camille ne se souvenait absolument de rien. Il entendu dire qu'il avait été retrouvé dans une petite maison à moitié en ruine. On lui avait aussi dit, lorsqu'il s'interrogeait sur l'origine de ses blessures, que ce n'était pas plus mal qu'il fut amnésique, qu'il devait se considérer comme chanceux. Beaucoup de personnes tueraient pour oublier les affres de la guerre. Camille se méfiait un peu des adultes, mais il savait une chose : lorsque ceux-ci mentaient, il valait mieux ne pas chercher plus loin.

Nord de la France, 1939, le village où avait atterrit le petit garçon (ou d'où il était peut-être natif, qui sait) avait mis les deux pieds dans le cambouis de la résistance. La guerre n'était pas encore finie, mais les Allemands avaient déjà bien progressé, et les habitants étaient assez lucides pour savoir qu'aucune force armée n’allait venir les sauver. À vrai dire, ça sentait le roussit. Il passa une année à courir. Il fallait dire que, bien qu'il fut peu endurant, il avait une sacrée paire de guibolle. Son surnom chez les autres jeunes enfants était « la flèche » et il n'en était pas peu fière, bien qu'il ne le montrait point. Il livrait les messages, ou les tous petits colis. En échange on lui fournissait un toit et de quoi manger, ce qui valait mille fois mieux que l'orphelinat. Il ne posait jamais de question, restait discret. Lorsque l'année 40 pointa le bout de son nez, les Allemands qui occupaient la place réussirent à attraper une bonne partie de cette « petite résistance ». Dès que la nouvelle fut répandue dans le village, la panique gagna les chaumières. En effet, il y avait un taux tellement élevé de résistance dans ce petit bout de France, que les Allemands risquaient bien de fusiller tout le monde sans distinction. La bonne femme qui s'occupait de Camille, lui prépara alors un petit baluchon, elle ne pouvait pas partir, tellement de personnes comptaient sur elle ici. En contrepartie un pauvre gosse comme lui, il valait mieux qu'il déguerpisse jusqu'au village d'après, ou encore d'après. De plus au vu de sa taille, il pourrait certainement se faufiler plus aisément dans les bois.
Il ne se fit pas prier.

Le printemps effleurait la côte, tandis que Camille se réveillait chez une institutrice du village d'Outreau. Il parlait peu, un voile sombre avait couvert ses iris mordorés. Sur les routes, dans les forêts, sur certaines places d'inconnus villages, il n'avait jamais détourné ses yeux, rongé par une sorte de curiosité morbide. Il resta des mois durant, cloîtré dans cette petite maison, il ne savait plus où aller. Jusqu'à présent il avait toujours marché tout droit, mais maintenant des éléments naturels l’empêchaient de poursuivre cette route sans but. L'institutrice en question était très bien renseignée sur ce qui se passait autour, son vieux père possédait un chalutier, et une petite radio. La pêche était une activité qui ne se pratiquait plus depuis un bon moment dans le coin, mais les anciens pêcheurs gardaient l'œil sur la mer, inlassablement. Dans la petite maison, la radio anglaise était de mise. Camille passait tout son temps à écouter ces phrases, qui pour lui n'avait aucun sens. Il en aimait simplement la sonorité, la manière dont cette langue semblait toujours gracieuse. La maîtresse de maison le remarquant très vite, décida d'essayer de lui apprendre un peu cette langue. Chaque jour, son angoisse grandissait, elle avait peur qu'une inspection impromptue fasse valser ses journées paisibles, et la vie fragile du gamin qu'elle avait recueillit. Elle connaissait du monde en Angleterre, mais il était pour l'instant impossible de traverser la mer. Elle soupira.

Nord de la France, Aout 1940. Le moment était devenu idéal. Les sous-marins allemands ne donnaient plus que très peu de signes de vies dans les eaux. Des rumeurs disaient qu'ils s'étaient déplacés un peu plus bas. Il fallait tenter la chance parfois. Elle avait bon espoir aussi, qu'un petit chalutier ne se ferait en rien repérer. Il faisait doux lorsque que Camille embarqua, munit d'une valise. Le voyage fut bien moins éprouvant que ce qu'il ne pensait. L'accueil par contre, fut de prime abord assez rude. Mais Madame Berkeley avait été prévenue, elle l'attendait. Quand tout fut en ordre il alla la rejoindre. À cette époque, sourire pour lui était devenue superflu, mais il allait bien vite changer d'optique.

A Coventry, le temps était toujours égal à lui-même. Il n'y avait pas un seul Allemand, la seule chose à craindre pouvait être les bombardements, mais comme il n'y avait aucun atout vraiment stratégique dans cette ville, madame Berkeley ne cessait de répéter qu'il n'y avait rien à craindre. La petite famille était composée d'une gentille dame, d'un monsieur très occupé, et d'une petite fille un peu pot de colle mais adorable, selon le point de vue de Camille. Elle s'appelait Margaret et avait huit ans.

Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Jusqu’en Novembre.

Un vent terrible soufflait sur le village, les deux enfants qui s'épanouissaient dans le jardin étaient chaudement vêtu. La nuit tombait. La maison qui se trouvait dans les beaux quartiers, était située très proche d'une forêt dense. Un éclat roux attira le regard de la petite, il s'agissait d'un renard. Alors qu'il était l'heure de rentrer elle réussit à convaincre le jeune Camille d'aller voir cela de plus près. Au fond, ce n'était pas comme s'il avait opposé beaucoup de résistance, il se trouvait que le garçon ne dormait que très peu, pour la simple raison que dormir lui donnait la chaire de poule : le sommeil avait la fâcheuse tendance à lui servir continuellement les mêmes horreurs. Ils s'enfuirent donc en gloussant comme des voleurs. Pendant un bon moment ils arrivèrent à suivre le beau goupil. Le jeune garçon se rendit vite compte qu'il serait très difficile de retrouver le chemin, mais la petite, émerveillée de voir cet animal, ne se découragea pas et essaya de le retrouver. Lorsqu'elle lâcha enfin l'affaire, ils étaient totalement perdus. C'est alors qu'ils entendirent les avions.

Coventry était une ville en ruine. Dans la nuit des personnes qui s'étaient échappés après les premières explosions avaient retrouvés les enfants dans la forêt. Mais cela n'avait plus aucun sens d'être retrouvé à présent. La maison des Berkeley avait été pulvérisée, ceux qui se trouvaient à l'intérieur aussi. On les plaça dans un orphelinat provisoire, quelques enfants, vinrent les rejoindre, mais assez peu au final. Camille finit par croire qu'il manquait cruellement de chance. Et il n'était pas au bout de ses peines. La petite qu'il considérait presque comme sa sœur lui fut arrachée : un lointain cousin vint l'emmener, ne daignant pas jeter un regard au garçon, l'homme à la moustache sévère disait qu'il n'avait jamais entendu parler de lui, et que ce sale chenapan devrait arrêter de mentir. Les pleurs de Margaret ne le convainquirent pas plus, pensant qu'il s'agissait d'un caprice d'enfant.

Il fut trimballer d'orphelinat en orphelinat, soit ceux-ci étaient pleins, soit ils étaient invivables. Il s'en échappait la plus part du temps, pour errer encore sur les routes, se faire attraper, emmener dans un nouvel orphelinat. Plein rien n'avait vraiment d'importance. Sa treizième année avait sonné depuis un peu moins d'un mois lorsque lors d'une de ses escapades, il tomba sur un bus. Le chauffeur était absent et il n'y avait personne dedans. Il décida de se cacher à l'intérieur et de descendre à la prochaine ville. Il alla donc se pelotonner tout au fond. Bientôt le conducteur réapparut et sans jeter un coup d'œil sur les sièges, s'installa et démarra. Le bus roula pendant un si long moment que le gamin ferma l'œil. Oh, pas pour longtemps non, dès que le mauvais rêve commença à poindre son instinct le fit se réveiller en sursaut. Il s'aperçut alors qu'ils étaient arrêtés. Il constata de nouveau l'absence du conducteur et en profita pour s'éclipser. Il grimaça lorsqu'il vit le nom de l'arrêt, un orphelinat, c'était bien sa veine. D'un seul coup les portes du bus se refermèrent derrière lui et l'engin après s'être mis en branle avec une rapidité déconcertante, continua son chemin.

Camille était abasourdi, il était sûr qu'il n'y avait pas de conducteur lorsqu'il était sorti, alors comment... ? Il fronça les sourcils et regarda autour de lui. Cet endroit semblait...très éloigné de toute civilisation. Il s'assit sur le banc et prit la décision d'attendre le prochain bus. Mais il ne vint jamais. Lorsque la faim le tarauda il soupira et se mit en route vers l'orphelinat.



MirMir
"Bullshit"



▬ Âge : 18 ans
▬ Sexe : vipère
▬ Double compte ?nop
▬ Comment avez vous connu le forum ? partenariat
▬ Qu'en pensez vous ? Voyez vous des améliorations à apporter ? aucune, c’est simplement parfait.
▬ Autre chose ?Jayme lé ponay °A°(désolé si la fiche de présentation est pas terrible, je déteste vraiment ça et j'ai fait du mieux que j'ai put y_y bien entendue si vous voulez que je refasse des choses je comprendrais et je m'y attellerais de suite ^^ aussi je suis assez mauvaise en orthographe, bien entendue j'essaie de m'améliorer et me sert quotidiennement de bonpatron et de bon nombres de relecture...si vous connaissez un site de conjugaison performant je suis preneuse :p )

Revenir en haut Aller en bas
Lucifel J. Sveinsson

Bitch plz
avatar
♣ Bitch plz ♣


Rang : Prince.
Totem : Corbeau.
Messages : 806
Age : 24
Pseudo : Stonefox.

Once upon a time
Âge du personnage: 12 ans.
Date d'arrivée à Cloverfield: 4 Octobre 1940.

MessageSujet: Re: Camille ❝moroseness of the hummingbird❞   Mar 6 Nov - 21:04

*___________________*

Alors déjà, bravo pour le prénom, c'est trop un prénom de winner parce que moi aussi je m'app- //PAN. Ehm.

Déjà, j'adore l'image de ton avatar, elle est juste magnifique. *Lucifel fait un bisou sur la joue de Camille* ♥
Pour le reste, j'ai beaucoup aimé ton histoire ! Le personnage est attachant d'une part et j'aime ce côté humain. Il n'a rien de spécial mais il est intéressant. Et ton histoire est originale, on sent que tu a fait des recherches et que tu as bossé ton truc, ça me plaît beaucoup ! Et coup de coeur pour la façon dont tu as interprété l'arrivée à Cloverfield, avec le bus et le chauffeur fantôme ♥

Tu es donc validé~

Si le cœur t'en dis, tu peux poster une fiche de relations pour Camille ici, demander un rp et poster la participation de Camille au couronnement de la nouvelle princesse ! Tu peux aussi faire un tour sur le topic de l'intrigue principale pour te renseigner un peu sur la chasse aux feuilles ♥ N'oublie pas d'envoyer la (les) bêtises/hontes de Camille au Sycophante~ !
N'oublie pas de poster les formulaires correspondants dans le bottin des avatar, les postes à pourvoir et la liste des totems pour réserver ton avatar, ton travail à Cloverfield et ton totem !

Bon jeu ♥

Et personnellement pour la conjugaison j'utilise ce site : http://www.conjugaison.com/

_________________

    And Evil takes a human form in Lucifel Sveinsson. Don't be fooled because he may seem like your typical selfish back-stabbing creepy little fuck, but in reality, he is so much more than that.


    Raise your hand if you have ever felt personally victimised by Lucifel Sveinsson.


Eat it ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


♣ Invité ♣



MessageSujet: Re: Camille ❝moroseness of the hummingbird❞   Mar 6 Nov - 21:38

(désolé pour le temps de réponse, je jouais à LoL avec un ami.)

°A°' ? nan c'est vrai ? ..... :blush non mais je suis choquée je trouve tellement mon histoire inintéressante que ça me va droit au cœur xDD je voulais pas en dire trop :D comme j’adore insérer des bouts de passé dans mes rps...et puis aussi vu qu'il était amnésique...

[n'est-ce pas qu'il est magnifique ? ça doit faire plus d'un an que j’attends de pouvoir jouer un personnage avec cet avatar tellement je le trouve gorgeous *µ* oh eh bien je trouve que Camille est un très joli prénom ^^ même si je le préfère pour les garçons :P ]

je crois...que je vais tout faire 8D !

merci pour le site il est plus joli que le miens xDD !

AYYYYYYYYYYYYYYYH !!!!! JE SUIS VALIDEEEEEEE !! * DANSE DE LA JOIE !!! puis s'en va en riant sur son poney arc-en-ciel*
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


♣ ♣



MessageSujet: Re: Camille ❝moroseness of the hummingbird❞   

Revenir en haut Aller en bas
 

Camille ❝moroseness of the hummingbird❞

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Camille Erlanger
» Camille Maurane, baryton martin
» Camille Jacquemin
» Camille Fournier
» Que Je T'aime par Camille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Unlucky Cloverfield :: • With crooked children. :: Registres. :: Le placard.-